[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Le hasard fait bien les choses !

[nara]

samedi 5 mars 2005, par Edith Paris

La formation montréalaise [nara], qui nous a habitué à une présence scénique puissante et étonnante, vient tout juste de sortir son premier album, Prélude au hasard, sur l’étiquette Cellar Records, fondation même dudit groupe. Après une prestation éblouissante dans le cadre du lancement de leur album le 28 janvier dernier, Emoragei s’est entretenu avec le batteur du groupe, Martin Valence. Survol de notre conversation.

C’est en août 2002 que l’on doit l’émergence de [nara], formé de Daniel Morin (guitare), Martin Valence (batterie) et Rick Bujod (guitare). À l’automne 2003, le bassiste Karim Blondy se joignit à la formation. Par contre, si la formation existe aujourd’hui, c’est grâce au fait que Daniel et Martin ont débuté à jouer ensemble par le plus pur des hasards à l’été 2000. À ce moment, Daniel faisait partie d’un autre groupe (?) dont Martin assistait parfois à la pratique par plaisir. Alors que le batteur se faisait de plus en plus absent, Martin décida de s’essayer à la batterie : une collaboration était née. On pourrait décrire la musique que fait [nara] par le mot post-rock, mais ce mot est beaucoup trop large et englobe beaucoup trop de genres différents pour convenir. Pour vous donnez une meilleure idée de leur musique, imaginez plutôt la trame sonore d’un film purement instrumentale où l’atmosphère varie entre moment calme et intense, agrémentée de quelques moments ambiants. Tant qu’à la signification du nom de [nara], elle provient d’un roman d’Antoine Volodine, Les anges mineurs. Extrait : « J’appelle narrats de brèves pièces musicales dont la musique est la principale raison d’être, mais aussi où ceux que j’aime peuvent se reposer un instant, avant de reprendre leur progression vers le rien. »

Avant la parution de Prélude au hasard, nous avons eu droit à un EP de trois chansons paru en 2004. Plus tôt dans la conversation, Martin m’a confié que la plupart des pièces que l’on retrouve sur leur premier album sont composées depuis 2002. Alors, dans ce cas, pourquoi faire paraître un mini album en premier plutôt qu’un disque complet ? « D’abord, parce que nous avons eu quelques problèmes d’enregistrement. Nous avons dû recommencer deux fois avant d’être satisfaits. Lors du deuxième enregistrement, nous avions terminé quand nous nous sommes aperçus qu’il y avait une sorte de « clip » provenant du micro qui s’entendait sur chaque chanson. Il fallait alors tout recommencer. » Et bien sûr, l’autre raison qui a retardé la sortie d’un album complet est celle que bien d’autres groupes connaissent : le manque d’argent !

Mais enfin, la voilà la première parution complète de [nara], et sur leur propre étiquette, de surcroît ! « C’est Karim qui a eu l’idée. Alors qu’on se demandait quand il sera possible de voir notre album sur les tablettes, il a proposé que nous formions Cellar Records pour sortir notre disque et aussi permettre à d’autres groupes de se faire connaître. En mai 2005, nous ferons paraître un album de la formation montréalaise Sugarshack. »

Justement, à propos de Karim, ce dernier a dû retourner en France après être demeuré sept ans au Québec. Maintenant, il attend sa citoyenneté canadienne et revient faire son tour à Montréal de temps en temps en attendant. Qu’est-ce que cette situation occasionne-t-elle pour [nara] ? « C’est sûr que ça crée des problèmes pour l’enregistrement, parce que nous devons attendre qu’il soit au québec, mais ça ne nous empêche pas de composer de nouvelles chansons. Seule¬ment, quand Karim arrive, il a un peu plus de travail car il doit trouver des lignes de basse sur les pièces que nous avons composées en son absence. Mais évidemment, nous avons tous très hâte qu’il soit à temps plein à Montréal. »

Par contre, la présence de Karim en Europe peut être bénéfique pour la formation lorsqu’on pense tournée. « Karim est en contact là-bas avec des gens de l’industrie pour une éventuelle tournée. Nous aimerions bien pouvoir aller le rejoindre à l’automne 2005. » Quant à la possibilité de quelques spectacles sur notre continent, il est question de quelques dates très prochaines pour les villes de Montréal, Québec, Victoriaville, Drummondville, Trois-Rivières et Ottawa. C’est à surveiller.

En terminant, ayant en tête la sortie récente de leur album, je lance à la blague : « À quand la prochaine parution de [nara] ? » Martin me répond le plus sérieusement : « L’automne prochain nous ferons paraître un mini album de cinq pièces sur lequel il y aura du visuel pour chaque chanson, et présentement, nous travaillons sur la trame sonore d’un court métrage de Sébastien Élias dans lequel joueront Charlotte Laurier et Raymond Bouchard. » Et bien, cela risque d’être très prometteur ! Mais en attendant, écoutons Prélude au hasard et allons les voir en spectacle.

P.-S.

EN SPECTACLE : Samedi, 5 mars 2005 Casa Del Popolo

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0