[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Entrevues > MINIÈRE, JÉRÔME

L’utopie électro de Jérôme Minière

MINIÈRE, JÉRÔME

vendredi 8 novembre 2013, par Émile Foucher

Avril 2013, Jérôme Minière lançait son nouvel album, Jérôme Minière danse avec Herri Kopter (son acolyte fictif), un album électronique qui puise son inspiration dans les rapports que l’homme entretient avec les machines. En spectacle dans le cadre du Coup de cœur francophone, le 8 novembre prochain à l’Astral, Emoragei s’est entretenu avec le récipiendaire du Félix de l’album électronique de l’année lors du plus récent gala de l’Adisq.

Vous avez créé Herri Kopter à la fin des années 90, au départ, ce n’était qu’un simple pseudonyme sans histoire qui vous permettait de réaliser vos projets électroniques parallèles. Aujourd’hui, que représente Herri Kopter pour vous ?

Étant devenu un personnage de fiction à part entière, sur les deux disques que j’ai sorti, d ‘année en année, Herri Kopter a pris une place importante et est devenu encombrant. Quand j’ai voulu donner suite à l’album Chez Herri Kopter, j’ai voulu que ce soit une suite à la hauteur en terme de concept. Sauf qu’en travaillant sur le dernier album, je me suis rendu compte que la fiction débordait de partout et que c’était moins facile de tout canaliser. J’ai pris une décision radicale et je me suis dit que je devais séparer les 2 projets pour les rendre autonome. Le projet de fiction sera sous forme de roman et ne sera pas d’Herri Kopter (trop encombrant), tandis que les musique sont sur le disque qui est d’Herri Kopter (il faut quand même rendre à césar ce qui appartient à César).

Herri Kopter vous permets toujours d’aborder de grands enjeux de société (l’économie de marché sur le deuxième, les rapports de l’homme avec les machines sur le dernier), pourquoi aborder de si grands enjeux au moyen de la musique électronique ?

Faire de la musique électronique pour moi c’est un peu un retour à l’innocence, à mes débuts, avec les concepts que je développe. En creux, on peut comprendre de quoi ça parle et c’est ce qui est intéressant. Il y a un effacement derrière les machines, notre langage disparaît, qu’on parle en français, en coréen ou en anglais, au fond ce qui est transmit c’est un langage de codes.

Votre dernier album avec Herri Kopter détonne un peu de votre discographie avec ces influences de la French Touch des années 90. Cette influence, vraisemblablement dansante, va t-elle se retrouver sur le prochain album de Jérôme Minière.

Oui, j’ai l’impression qu’il va avoir plus d’inspirations des années 90, mais tout peux encore changer. Sur le prochain, j’ai l’impression qu’il va y avoir plus de choses qui se rapprochent du Hip-Hop.

Vous avez la chance d’avoir deux carrières qui sont assez distinctes et qui ont des succès différents (l’un comme chanteur pop, l’autre comme dj), sentez-vous que la scène électronique du Québec est sous-estimée ?

Il y a eu une vague dans les dernières années de musique folk et indé au Québec, et je crois que la musique électronique va revenir. Sauf que la musique électronique en ce moment c’est quelque chose de très mondialiser et très commercial, peut être que le petit savoir faire local va amener de la diversité et va faire en sorte que le cycle va revenir.

En terminant, le 8 novembre prochain, c’est votre premier spectacle avec Herri Kopter, depuis votre lancement en avril dernier, à quoi peut-on s’attendre pour le Coup de Cœur Francophone ?

Avec Herri Kopter, j’avais pensé ne jamais faire de spectacles, finalement on a décidé de le jouer et il y a eu un gros travail pour l’adapter. Reste qu’il y a deux extrêmes, on a tous vu des vidéos sur Youtube de Justice ou Daft Punk sur scène avec leur gros « light show » et qui ne sont au final pas branchés. La ligne est mince, ce sont des musiques qui sont programmées dans l’ordinateur et avec les années, plus j’ai adapté des choses sur scène, plus j’enlève des séquences, le paradoxe c’est de trouver les bouts qu’il faut garder.

Il y a plusieurs collaborations sur l’album, Frannie Holder de Random Recipe, Alice Bisson McLernon de Alice and the Intellects, seront-elles présentes ?

Oui, toutes les chanteuses qui ont participé à l’album seront là, de même que 4 autres musiciens, sur scène.

Depuis la sortie de l’album, vous avez mis en images plusieurs de vos morceaux, pouvons-nous nous attendre à une intégration du visuel vendredi ?

Ayant travaillé là dessus depuis plusieurs mois et comme ce n’est pas tout le monde qui les a vues, oui je compte les intégrer, ça va amener une couleur et une atmosphère à la performance.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0