[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Entrevues > LAC ESTION

Portrait du XXIe siècle

LAC ESTION

dimanche 6 juin 2010, par Éric Dumais

C’est mercredi le 26 mai que j’ai eu la chance de rencontrer le chanteur de la formation montréalaise Lac Estion sur la terrasse du pub St-Ciboire, rue Saint-Denis. Malgré la pleine effervescence du centre-ville et la chaleur accablante qui avait tendance à nous transformer en véritable plante tropicale, j’étais bien content d’être en tête-à-tête avec un des membres fondateurs du groupe, Simon King. C’est autour d’une bonne pinte en spécial que nous avons discuté de l’historique de la formation, du nouvel album et des multiples projets à venir.

Après avoir remis à Simon King le portrait d’un réalisateur britannique portant le même nom que lui, et après avoir amplement ri et blagué sur à peu près tous les sujets possibles (sauf la musique), je me suis permis un retour assez drastique dans la réalité avec une première offensive pour mon invité : qui a remporté, entre Lac Estion et Shampouing (une formation de Québec), le Combat des Bands vendredi dernier ?

« C’est Lac Estion ! », s’est empressé de me répondre Simon. « Et c’est juste un début, car il y aura un deuxième combat avec le même groupe afin de déterminer qui sera le grand gagnant du 2500$ en campagne publicitaire sur les ondes de CIBL 101,5 et de CKRL 89,1. »

Les gars devront donc tenter une seconde offensive pour montrer aux Montréalais et aux gens de Québec ce qu’ils ont dans le ventre. C’est un combat à suivre…

J’ai demandé à Simon King s’il pouvait me donner quelques explications à propos de l’historique de Lac Estion, histoire de saisir un peu plus le propos dramatique et intimiste qui surplombe les mélodies sombres du nouvel album.

« C’est PA qui a parti le concept de Lac Estion. Il voulait faire un cadeau à sa blonde, qui l’a sacré là pas longtemps après. L’album XXIe Siècle a été une véritable thérapie pour nous, car nos histoires ont été vécues… elles sont réelles. »

Réelles à un point tel, qu’on a l’impression, à l’écoute des différentes pièces de l’opus, de revivre en songe les histoires racontées. PA et Simon ont eu la force et l’audace de composer des paroles franches et honnêtes, crues mais directes, et des mélodies accrocheuses et délicieusement bien maîtrisées, histoire de bien assaisonner le tout.

L’opus XXIe Siècle, paru le 20 janvier dernier, présente une couverture d’album assez particulière. J’ai demandé à Simon de m’expliquer la raison qui les a poussés à mettre, au centre de la pochette, une photographie des arrière-grands-parents de PA. Et la réponse qu’il m’a donnée m’a révélé une piste supplémentaire pour la compréhension de la thématique de l’album.

« On a décidé de mettre une vieille photo en noir et blanc pour montrer à quel point les couples, auparavant, étaient unis. Ils avaient plusieurs enfants, n’étaient peut-être pas tout à fait heureux, mais au moins ils passaient toute leur vie ensemble. Aujourd’hui, on a des relations qui durent deux ou trois mois, chacun veut faire son propre bout de chemin, suivre son propre destin, le tout dans un esprit individualiste plus fort que jamais. On a malheureusement perdu la notion d’un vrai couple solide et uni. C’est pourquoi on dit qu’on n’est pas né dans le bon siècle… »

C’est en effet ce qu’il raconte dans les paroles de la Rome Antique. Mais il faut avouer que les thèmes de la solitude, du désespoir, de la violence, de la superficialité et des relations amoureuses fructueuses constituent également l’essence profonde des autres compositions. Comme Simon me l’a si bien dit, leur album, pour ceux qui ne le connaissent pas encore, est un « allez tous chier, mais amical ».

Quand pourrons-nous visionner le vidéo-clip de la pièce XXIe Siècle ?

« Ah ! Je l’avais complètement oublié ! (Rires). Il est disponible sur YouTube depuis cette semaine ! »*

Quels sont vos projets pour l’année à venir ?

« À l’automne, on va se remettre à la composition. On va travailler les textes et s’atteler un peu plus sérieusement à la tâche. On va aussi adopter une nouvelle direction musicale. J’aimerais ça qu’on compose des textes un peu plus racontés, un peu comme le fait Fred Fortin. »

Simon King s’est tu. Il s’est gardé de me raconter le meilleur, et c’est peut-être mieux ainsi. J’ai cependant eu la chance d’avoir une nouvelle en primeur : il existe une chanson inédite qui n’est pas apparue sur l’album XXIe Siècle, mais qui sera probablement mise sur leur site MySpace dans quelque temps. Elle s’intitule Au Hasard et ne ressemble pas du tout aux autres pièces de l’opus. Elle est très expérimentale, les paroles sont écrites d’un jet, comme avec l’écriture automatique, et elle contient un registre musical varié, en passant par le rock, la bossa-nova, le disco et le surf.

« Ce sera une vraie surcharge pendant quatre grosses minutes », m’a-t-il confié.

La pluie a commencé à tomber assez rapidement. On est allé se réfugier à l’intérieur du pub, histoire de terminer l’entrevue. À quoi devons-nous nous attendre pour vos deux prochains spectacles les 8 et 11 juin à Montréal ?

« À un gros show rock. On a beaucoup travaillé notre prestance sur scène et on aime beaucoup faire des gags avec le public. Une chose est certaine, vous aurez vraiment du fun ! »

Lac Estion sera en spectacle le 8 juin prochain au Divan Orange avec l’artiste invité Erewhon, à prononcer « éré-wone », et ce, dès 22h00. La seconde prestation aura lieu au Il Motore, le vendredi 11 juin 2010, avec la formation LeMonade. Venez en grand nombre faire la fête et chanter à tue-tête les paroles de leur dernier album !

*Si vous êtes intéressé à voir de vos propres yeux le dernier vidéo-clip de Lac Estion, vous pouvez vous rendre sur YouTube à l’adresse suivante : http://www.youtube.com/watch?v=9ic1....

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0