[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Entrevues > ERIC’S TRIP

Révolution Tranquille

ERIC’S TRIP

dimanche 3 mars 2002, par Jeff Bugz

image 196 x 134Étiez-vous à ce concert ? Le groupe indie le plus célèbre du pays a effectivement fait sa dernière tournée officielle après avoir négligé sa véritable dernière tournée en 1996. Le spectacle se déroulait au Cabaret, dimanche le 26 août dernier. Ce spectacle était très attendu, à en juger par la soirée qui s’annonçait complète et par les innombrables admirateurs déçus qui ont fait la chaîne à la billetterie tentant désespérément d’obtenir un billet. Ce marché aurait pu être lucratif pour les " scalpers " qui ont cependant négligé leur tâche.

Les mauvaises langues disaient que cette réunion bidon avait lieu parce que les membres du groupe savaient que leurs portefeuilles s’enrichiraient de cette tournée… Peut-on leur en vouloir ? En fait, le canular est plutôt le disque "Show" qui vient de paraître sur l’étiquette Teenage USA de Toronto. Il s’agit d’une compilation de pièces en concert enregistrées et sélectionnées par le leader de la formation monctonoise, Rick White, qui en plus d’un mauvais choix de pièces, a fait une compilation qui est plutôt entendue comme étant un boot leg de piètre qualité. Les fans encore éblouis par la performance d’ Eric’s Trip se faufilaient vers le kiosque de disques pour se procurer le médiocre cd. Les gens n’avaient évidemment aucune idée du son de cet album, mais étant fans, ils ont cru à ce produit qui clôture moins bien la carrière du quatuor. Mais on n’a pas à juger leur geste si eux aiment leur disque "live".

Le spectacle s’annonçait long : 2 premières parties aux styles absolument différents d’ Eric’s Trip. On sentait une tension et un désintéressement de la foule pour les deux premiers groupes, les Macchabées et Monnen (qui ont quand même donné une performance remarquable grâce aux acrobaties périlleuses du chanteur de la formation). Personne n’était venu voir le groupe yé-yé, ni le groupe emo-punk, mais bel et bien les vraies légendes. Puis silence, voici Rick White avec sa guitare : seul, il nous chante "Behind The Garage", un morceau folk à saveur Neil Young-esque, comme Monsieur White sait si bien les faire. Puis Julie Doiron se joint à lui comme choriste et Mark Gaudet et Chris Thompson se joignent finalement au duo à la fin de la pièce pour partir le délire. Un saut véritable dans le milieu ’90, la nostalgie s’emparait de tous et une petite masse commença à se bousculer pour une danse célèbre, mieux connue sous le nom de "Trash". Le cabaret était bondé, tous les billets vendus, tous les journalistes de la ville et amis du groupe étaient présents. Même un certain fan qui n’avait pas son billet a pu entrer grâce à l’immense générosité de Julie Doiron, bassiste et chanteuse de la formation vénérée. À chacune des chansons, on pouvait lire sur le visage de 3 des 4 membres l’immense joie de se retrouver enfin et de pouvoir faire leurs vieilles compositions. Seul Rick, peu démonstratif, camouflait bien son jeu, Il devait cependant s’amuser beaucoup, car il a tout détruit à la fin du spectacle, ce qui n’était plus vraiment dans ses habitudes. Pendant quelques-uns des morceaux, il y a eu des erreurs, même Julie a été prise de fous rires pendant sa chanson "Soon Coming Closer" interprétée au 2ième rappel. Bref, en plus d’une foule en délire générale, le retour des 4 routards a fait chaud au coeur de plus de 600 admirateurs.

Pour ceux qui sont moins au courant, Mark Gaudet et Rick White font dorénavant partie de la formation psychédélique Elevator qui se produit souvent à Montréal, mais qui perd un peu de sa pureté à chaque album. Chris Thompson est le plus tranquille. Il a quand même 3 albums solo sous le nom de Moonsocket, mais rien de nouveau depuis quelques années. Julie Doiron, celle qui a un coeur encore plus grand que son talent, fait carrière solo. Elle remporte beaucoup plus de succès que les autres membres de son ancien groupe.

La soirée a été un succès et les compositions de Rick ont été interprétées de mains de maîtres. Est-ce qu’il faut s’attendre à un nouvel album ?

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0