[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Concert > YOUNG RIVAL

Une décharge d’indie-rock garage… électrisante !

YOUNG RIVAL

Mercredi 23 juin 2010 au Il Motore

mercredi 30 juin 2010, par Éric Dumais

La formation Young Rival, originaire d’Hamilton en Ontario, a foulé la scène du Il Motore mercredi dernier pour nous livrer un aperçu de leurs plus récentes compositions. Ce jeune groupe au talent prometteur a en effet lancé le 13 avril 2010 leur premier effort, un disque éponyme paru sur l’étiquette canadienne Sonic Unyon (Spirits, Voivod, The Ghost Is Dancing). Aron D’Alesio, Noah Fralick et John Smith ont performé en compagnie de deux autres groupes canadiens, dont P.S. I Love You et Born Ruffians.

Young Rival, avant de paraître leur premier opus au début de l’année, s’est fait connaître grâce à leur charmant Young Rival, un EP sorti au mois de janvier 2010. Ce dernier rassemble six pièces inédites qui dégagent la même intensité que les pièces de l’album. Sans farce. Et que dire de la prestation live…

C’est à 10h15 précisément que les membres de Young Rival ont fait leur entrée sur scène. Ils ont commencé abruptement leur prestation avec une pièce bourrée d’énergie, ce qui a immédiatement allumé le feu de joie chez le public montréalais. Ils ont ensuite enchaîné leurs principaux succès, notamment Got What You Need, qu’ils ont interprétée au début du spectacle, suivie de près par The Ocean, Ghost In The Park, T-Shirt And Shorts et Authentic, avec laquelle ils ont clôturé le spectacle. Les trois Ontariens étaient en forme mercredi soir et ils ont été capables, en moins de 45 minutes, de reproduire sur scène l’énergie et la vigueur qui se dégagent de leur album. De plus, ils savent très bien être à l’aise en spectacle, et que dire de leur façon de jouer ! Seul bémol : la mise en scène laissait légèrement à désirer. L’éclairage se résumait à deux projecteurs, l’un à gauche et l’autre à droite, qui diffusaient une lumière drue et morne sur toute la scène. La bannière du groupe, sur laquelle on pouvait lire les mots « Young Rival », était disposée par terre, devant la batterie, de sorte que l’on avait de la difficulté à la voir correctement. Sinon, le trio nous a offert un bon spectacle, court mais intense, qui a été suffisamment entraînant pour réchauffer l’atmosphère avant l’entrée en scène de l’artiste principal, les Born Ruffians.

Voir en ligne : Je vous conseille fortement de jeter un œil sur ma critique de l’opus de Young Rival !

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0