[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Concert > WAVVES et FIDLAR

Programme double !

WAVVES et FIDLAR

Le 6 avril 2013, à la Sala Rossa, Montréal

lundi 8 avril 2013, par Émile Foucher

Coup double pour les amateurs de musique Punk/Alternative, les deux groupes Californiens les plus courus du moment étaient de passage dans une Sala Rossa survoltée, qui affichait complet.

FIDLAR

Difficile de résister au punk contagieux de Fidlar. Interprétant l’hymne Cheap Beer en guise d’ouverture, le groupe avait déjà le public dans sa poche pour les pièces suivantes ; No Waves, Stoked and Broke et Max Can’t Surf. Fidlar (acronyme de Fuck It Dog’s Life a Risk) aurait pu être considéré comme tête d’affiche, vu la quantité incroyable de fans qui se sont déplacés exprès pour les voir jouer. Leur son brut et dynamique, a littéralement mit le feu à la foule, et a ouvert les portes aux fameux Crowd Surfing, très laborieux dans le contexte où la foule décontenancée était en charge de soulever différentes statures de personnes. Un son chaotique, fidèle à la salle, une foule violente, qui en redemandait encore et une performance efficace, de la part du groupe, ont eu pour effet de créer une ambiance de feu. Un premier passage montréalais qui s’est terminé dans un véritable chaos sur la très énergique, Wake Bake Skate.

WAVVES

Après une attente laborieuse (groupe punk oblige), Wavves, composé principalement de Nathan Williams, Stephen Pope et Jacob Cooper, a finalement fait son entrée dans une symphonie de discordes et de guitares fuzzées. Les plus connues King Of The Beach, Post Acid et Green Eyes n’ont pas été oublié, au même titre que les nouvelles compositions de leur troisième album : Afraid Of Heights, Demon To Lean et Sail To The Sun ; qui a déclenché l’hystérie totale. Notons aussi une reprise de la très langoureuse 100% de Sonic Youth qui a contribué à faire monter l’énergie de la salle d’un cran. Une performance ponctuée de problèmes techniques ; la voix des membres étaient (par moment) complétement enterrée par les guitares et Nathan (chant, guitare) s’est même permis une petite pause de dix minutes, pour arranger sa pédale ; évènement qui a semé la confusion dans la salle. Une performance imparfaite, où l’ambiance et la qualité des musiciens sur scène ont sauvé la mise.

Une soirée déchaînée qui aura plu grâce au calibre des noms qui s’y produisaient.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0