[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Concert > VIC CHESNUTT

Le don de soi

VIC CHESNUTT

Le 24 octobre 2009 à la Fédération Ukrainienne, Montréal

dimanche 15 novembre 2009, par Nicolas Pelletier

Les samedis soirs froids et pluvieux, il est parfois difficile de ne pas se laisser convaincre par des options faciles, comme le confort d’un sofa et la promesse d’un bon match de hockey et rester à la chaleur dans son appart. Mais pourtant, les braves qui ont choisi de vaincre les éléments pour se rendre à la Fédération Ukrainienne, cette salle paroissiale du Mile End récemment transformée en salle de concert, ne l’ont certainement pas regretté. Le 24 octobre dernier, le vétéran de la scène indie rock Vic Chesnutt y a donné plus qu’un concert, il s’est carrément donné lui-même.

Chesnutt ne l’a jamais eu facile. Cloué à un fauteuil roulant depuis un accident de la route subi à l’âge de 19 ans, l’Américain originaire d’Athens en Georgie, a connu jusqu’ici une prolifique carrière saluée par la critique, mais très peu adoptée par le grand public, mis à part l’album « Sweet Relief », en ‘96, sur lequel des artistes de renom comme Garbage, The Smashing Pumpkins, Madonna, R.E.M. et Live lui rendaient hommage. Et pourtant, ce n’est pas par manque de talent. Chesnutt est un chanteur exceptionnel, un excellent mélodiste et un artiste qui est touchant, non pas à cause de son handicap, mais pour l’émotion qu’il livre à chaque mot qui émane de sa bouche.

Entouré d’un all-star band composé de Guy Piccioto (guitariste de Fugazi) et de plusieurs membres de Godspeed ! You Black Emperor (il loge désormais chez le même label, le montréalais Constellation), Chesnutt a sorti l’artillerie lourde. Sur scène, ils étaient cinq guitaristes (dont Vic), un contrebassiste, un batteur, une claviériste et une violoniste qui reprenait souvent la mélodie portée par la voix. Et signe de la qualité des musiciens, on entendait clairement chaque son émis par les neuf artistes.

Personne n’a pu enterrer l’émotion et la douleur qui passaient dans la voix éraillée de Chesnutt. Sur cette musique intense et inspirée, Chesnutt a tout donné. Il s’est investi dans chaque syllabe de ses chansons. Dans les yeux de ses acolytes, on pouvait voir de l’admiration et du respect. Les plus jeunes étaient visiblement impressionnés par la stature et l’investissement émotionnel du personnage. Ils avaient conscience de faire partie d’un moment privilégié et ne perdaient leur leader des yeux. Même en coulisses durant le rappel que Chesnutt a fait en solo, ils l’observaient, fascinés.

Complètement épuisé en fin de soirée, le musicien de 44 ans a reçu une généreuse dose d’amour sous forme d’ovation debout, et le geste l’a visiblement touché. Une autre belle preuve de la qualité du public montréalais, qui sait reconnaître les artistes d’exception.

Texte et photo : Nicolas Pelletier

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0