[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Concert > VANS WARPED TOUR

au PARC JEAN DRAPEAU - 13 AOÛT 2004

VANS WARPED TOUR

samedi 25 septembre 2004, par Alexis Charlebois-Laurin

Commençons par régler quelque chose tout de suite. Vous vous demandez pourquoi Emoragei couvre un événement aussi commercial que le Vans ?

Bien pour la simple raison que la tournée nous apporte quand même son lot de bons groupes. Un lot qui se perd malheureusement dans une vague de merde. Oui disons-le, depuis que les majors se sont mis à investir dans les groupes au son punk rock les choses se sont gâtées. Je n’ai pas besoin de vous décrire la nouvelle vague. Ouvrez votre téléviseur, syntonisez Musique Plus et vous comprendrez. Les groupes aux cheveux noirs et aux jeans stretch qui crient juste un peu mais pas trop pour garder un son potentiellement commercial affluaient évidemment cette année. Passons aussi par-dessus le fait que le nombre de groupes présents est tout à fait ridicule et que cela a pour conséquence de diminuer notre attention et par le fait même notre intérêt pour les groupes. Honnêtement c’est le premier Warped Tour où je peux dire que l’on pouvait entendre la musique de deux groupes différents qui s’enterraient mutuellement. Je crois qu’il est temps pour les organisateurs de mettre un frein à la quantité toujours plus grande de groupes qui jouent à chaque année. On a beau dire que cela aide à promouvoir beaucoup de jeunes groupes mais il n’empêche que la qualité se trouve grandement diminuée. On ne se cachera pas que beaucoup de groupes qui se retrouvent au Vans sont totalement inintéressants et que quantité et qualité ne vont souvent pas bien ensemble. Il est inutile d’essayer de courir dans tous les sens pour voir le plus grand nombre de groupes possible et espérer découvrir des perles rares.

Mais les aspects positifs sont aussi très nombreux. En une journée on a pu voir : Bad Religion, Tiger Army, Lars Frederiksen & The Bastards, The Frenetics, The (International) Noise Conspiracy, Only Crime, Matchbook Romance, Silverstein, Rise Against et plusieurs autres dont les noms m’échappent présentement. Le Vans apportent donc aussi une bonne quantité de groupes de qualité. Ce qui permet de faire quelques entrevues. J’ai pu m’entretenir avec Russ Rankin de Only Crime ainsi qu’avec Lars Stromberg de The (International) Noise Conspiracy. Des entrevues qui seront disponibles prochainement soit via le site web d’Emoragie ou via la revue elle-même. Je crois bien pouvoir dire sans prétention que les fans de The (International) Noise Conspiracy ne seront pas déçus.

Le pire aspect de la journée demeure toutefois la température extrêmement désagréable. La pluie constante en début de journée à détrempé le site. Les milliers de personnes qui ont foulé le gazon par la suite on vite fait de transformer ce dit gazon en champ de boue. Mais ça on ne peut pas mettre ça sur le dos des organisateurs de la tournée. Si le Vans est devenu une parodie de lui-même avec la quantité astronomique de tentes de marchandises (le punk n’est-il pas censé s’opposer à la consommation à outrance ?) et les tables de recrutement des US Marines lors des arrêts aux États-Unis (laissez-moi vous dire que certains groupes ne la digèrent pas celle-là), il est encore temps de sauver cette tournée dont le concept premier reste excellent. Je suis convaincu que les gens vont de plus en plus perdre de l’intérêt envers le Vans Warped Tour si l’on continue à être submergé par une quantité aussi astronomique des groupes. Des groupes trop souvent merdiques que l’on peut difficilement différencier les uns des autres tellement la formule est pareille. J’aime la punk rock et j’aime ce genre de festival. Je n’aime juste pas l’état du Warped Tour présentement. Qualité avant quantité s’il vous plaît.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0