[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Concert > THE HORRORS

Une courte prestation haute en couleurs

THE HORRORS

Jeudi 15 octobre 2009, au Petit Campus de Montréal

lundi 19 octobre 2009, par Éric Dumais

Jeudi soir dernier, un choix difficile s’imposait aux fanatiques de musique punk rock électro : quel concert aller voir ? Car il y en avait plus d’un en cette soirée d’automne montréalaise. Le lancement du nouvel album de We Are Wolves au National ou le concert des Horrors au Petit Campus ? Pour ceux qui ont opté pour les loups le jeudi soir plutôt que le vendredi, consolez-vous : voici un aperçu du spectacle que vous avez manqué, histoire de consoler les cœurs brisés.

C’est après une courte mais intense prestation de Black Diamond Heavies (un duo du Tennessee très intéressant, soit dit en passant !), que les fans des Horrors ont commencé à sentir l’excitation palpiter dans leur poitrine. Très rapidement, l’éclairage du Petit Campus s’est tamisé pour laisser la place à un bourdonnement étrange… pendant presque cinq minutes ! L’arrivée des musiciens était imminente. Après quelques minutes d’attente, et Dieu sait que nos tympans en ont souffert, quatre des cinq membres du groupe londonien sont montés sur la scène, parmi un tumulte d’applaudissements et de cris en provenance de la salle. Après s’être installés chacun à leur place respective, les Horrors ont entamé les premières notes de Mirror’s Image, la première chanson de leur nouvel album intitulé Primary Colours. Ensuite, le chanteur Jarvis, vêtu de jeans noir moulant et d’une veste en cuir sur le dos, débarque sur la scène, accompagné d’une slave d’acclamations de la part du public. Après avoir tourné sur lui-même à quelques reprises, jeté sa veste par terre, il s’est finalement emparé de son micro et… le show a commencé.

Pendant le spectacle, l’ambiance était au rendez-vous : il y avait étonnamment un bon nombre de personnes rassemblées dans la salle. Il faisait très chaud, même que parfois la chaleur était insupportable. Soulignons, sur une note plus positive, le fait que l’éclairage était probablement l’élément de la mise en scène qui excitait le plus le regard. La lumière, parfois rouge écarlate, parfois bleu vif, ou même carrément blanche et jaune, apportait énormément de cachet au concert. On se serait pratiquement cru dans le clip Sea Within A Sea, en peut-être moins intense. Ainsi, malgré le manque d’enthousiasme et la timidité relative des Horrors ce soir-là, cela ne les a pas empêchés de nous faire bouger sur leurs principaux succès, à savoir Three Decades, Who Can Say, New Ice Age, Scarlet Fields et Sea Within A Sea.

La seule note négative : ils ont joué Primary Colours au complet en ignorant presque totalement leur premier album. Même chose pour leur prestation en première partie du groupe The Kills le 6 mai dernier au La Tulipe. Il fallait patienter, pour les fans de Strange House, jusqu’à la fin du concert pour enfin se délecter de leurs vieux succès. C’est lors d’un court rappel de trois chansons qu’ils ont livré de manière inattendue Sheena Is A Parasite et Gloves, apparemment les deux pièces les plus attendues du spectacle, à voir la réaction du public. On a senti le soulagement des fanatiques déçus, en même temps que leur nostalgie consolée.

C’était sans aucun doute un bon spectacle, mais sans plus. Peut-être qu’avec un brin de maturité et d’expérience, les Horrors arriveront, d’ici quelques années, à nous épater en concert.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0