[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Concert > ST. VINCENT

Fougueuse biche aux grands yeux verts

ST. VINCENT

Le 17 décembre 2011, au Théâtre Corona de Montréal

dimanche 18 décembre 2011, par Nicolas Pelletier

Avec son visage expressif et ses grands yeux verts, Annie Erin Clark (alias St.Vincent) a l’air toute douce... mais il n’en est rien ! Cette auteur-compositrice-interprète est une fougueuse performeuse. On a pu le constater en ce glacial samedi soir de décembre, au Théâtre Corona. Voix claire et puissante poussant des mélodies difficiles d’approche, St.Vincent ne fait pas la musique angélique que son joli visage laisse présager. Cette femme de caractère et d’émotion est plutôt l’héritière de Kate Bush, Guitariste accomplie, elle a pris sa place depuis le sympathique album « Marry Me » de 2007. Son plus récent opus, « Strange Mercy » est d’ailleurs beaucoup plus dense. Frisant parfois l’électro sombre à la Fever Ray, cette grande échalote mince bouge en saccades, lâche des gros riffs bourrés de disto... tellement qu’un rigolo du public lui suggère de jammer avec Jack White !

Ses mélodies sont tellement ardues qu’elles ne sont pas faciles d’approche à premier abord en concert. Lorsqu’un tantinet plus accrocheuses, comme dans Cruel, la foule du Corona danse presque. Sa fougue est par moments presque punk (Pop Group) : gageons que miss St.Vincent aurait concurrencé Nina Hagen si elle avait eu le même âge en 1978.

Annie Erin Clark enfile les morceaux avec aplomb, sans une once d’hésitation. Ses beaux grands yeux verts fixent souvent des points précis : quelqu’un dans la foule, sa guitare, le halo d’un spot, un de ses musiciens... Elle semble absorbée, pourtant elle est bien présente. Regard perçant mais absent par moments. Fascinante !

Accompagnée par un batteur à l’aise à contretemps et deux claviéristes qui multiplient les couches de sons pour complexifier la musique au maximum, Clark se donne autant vocalement qu’à la guitare. Elle finira le concert en se lançant dans le public avec sa guitare électrique ! Un moment à la fois intense, intriguant, bordélique et envoutant.

Texte et photo : Nicolas Pelletier

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0