[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Concert > SAPPYFEST X (1ère partie)

SACKVILLE L’INDÉPENDANTE

SAPPYFEST X (1ère partie)

Le 31 juillet, 1 et 2 août, Sackville, Nouveau-Brunswick

jeudi 6 août 2015, par Émile Foucher

Depuis 10 ans, lors de la première fin de semaine d’août, amateurs de musique et musiciens se rendent à Sackville, une ville de 5000 habitants située au Nouveau-Brunswick à la frontière de la Nouvelle-Écosse, à l’occasion du Sappyfest ; le plus petit, mais le plus incroyable des festivals musicaux indépendants.

Né il y a dix ans par les membres de la maison de disque Sappyrecords : Paul Henderson, Jon Clay et la musicienne Julie Doiron, le festival à grandi, sans toutefois perdre son caractère qui fait de lui sa singularité. À l’antithèse de la tendance des mégas festivals en Amérique du Nord, le Sappyfest ne mise pas sur une expérience grandiloquente sous les artifices étincelants, mais sur une expérience à taille humaine proche des valeurs de la communauté artistique indépendante. Les Arcade Fire, Fucked Up, Grimes, Braids, Owen Pallett y ont tous laissé leur marque, depuis les organisateurs de ce rassemblement rivalisent d’originalité et de créativité pour continuer à faire vivre l’esprit du Sappy, et réunir des dizaines d’artistes indépendants de tous les horizons au sein d’une programmation de haut calibre. Voici le récit de trois jours de souvenirs surréalistes et d’émotions intenses vécues à Sackville à l’occasion du Sappyfest.

Last Ex

Tout a commencé sous les ambiances cinématographiques de Last Ex, un ensemble instrumental composé de membres du groupe montréalais Timber Timbre, qui avec ses compositions angoissantes ont emporté une grande partie de la foule dans une expérience musicale planante. L’énergie déployée sur scène par les musiciens est saisissante, les rythmes s’enchainent, les sonorités se décuplent dans une symphonie déboussolantes pour les oreilles, mais enivrantes pour l’esprit.

PUP

Attendu par de nombreux admirateurs, PUP, le dernier groupe à occuper la scène principale au cours de la soirée, a offert une performance rugissante réglée au quart de tour. Ces 4 musiciens de Toronto offrent un punk indie brutal où les paroles se chantent le poing en l’air comme de véritables hymnes. De Guilt Trip à Reservoir, en passant par une reprise coup de poing de Sabotage des Beastie Boys en guise conclusion, la performance de PUP s’est avérée haute en couleur et en énergie devant une foule survoltée qui en perdait ses souliers.

Danser jusqu’au lendemain

Minuit est passé, la foule déserte la scène principale et se disperse dans les différents recoins sombres de la ville, où la fête continuera pendant une bonne partie de la nuit (ou pour toute sa durée pour certains). Karaoké d’inspiration 90’s dans une galerie d’art ou un marathon de 52 hres de vinyles offerts par D.R Barclay dans une salle remplie de ballons, plusieurs choix s’offrent au festivalier avide de plaisir infini. Nombreux sont ceux qui s’entassent dans la salle de Bowling du Thunder and Lightning, où l’on a aménagé scène et boule disco à l’occasion du Sappy. Entre les allées, les groupes montréalais Nancy Pants et Look Vibrant ont offert des performances dans une chaleur humaine des plus intenses, avec leurs guitares vivifiantes et leur énergie déjantée. D’autres festivaliers au coeur en fête se dirigent vers le bar miteux de la Royale Canadian Legion, réaménagée pour l’occasion en repère pour les amateurs de guitares. S’est enchainé au courant de la fin de semaine Little You Little Me, Moss Lime, New Fries et Last Ex (pour une deuxième performance en fin de soirée), au grand plaisir des jeunes punks venus se défouler sur les guitares grinçantes.

Déjà trois heures du matin, personne n’a vu le temps passer, les plus téméraires se dirigeront vers les quelques après-shows impromptus, d’autres se rendront vers leur résidence ou les campings improvisés afin de pouvoir se reposer, afin de survivre à Sappy pour les prochaines journées.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0