[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Concert > POP MONTRÉAL 2013 : PARTIE 1

CANONS POP ET EXPLOSIONS LOCALES

POP MONTRÉAL 2013 : PARTIE 1

Du 25 au 29 Septembre 2013, Montréal

dimanche 29 septembre 2013, par Émile Foucher

Pour son édition 2013, Pop Montréal investit une fois de plus la quasi-totalité des salles montréalaises, pour y présenter plus d’une centaine d ‘artistes. Emoragei y était, voici notre récit.

JEUDI

Tout juste avant la grand messe Portugal The Man, c’est la nouvelle sensation électro-pop How Sad qui se produisait dans un Théâtre Corona plein à craquer. Formé par 4 musiciens, établis à Montréal (dont Katie Lee anciennement de Braids), How Sad offre des mélodies accrocheuses, des envolées dansantes et une énergie pimpante ; un vent de fraicheur sur la scène montréalaise. Avec de fortes influences de rock indie et d’électro, la pop juvénile et délirante de How Sad est prête à éclater sur la scène internationale.

Après qu’How Sad est littéralement conquis la foule, c’est Portugal The Man qui est entré en scène, vers les 21 heures, sous l’hystérie de la foule majoritairement jeune et féminine. Débutant d’emblée avec leur « succès » Purple Yellow Red and Blue, le groupe, désormais basé à Portland, ne s’est pas arrêté une seule fois, enchaînant du coup ses hymnes pop-rocks poings en l’air pendant près de deux heures. Si le nouveau son de Portugal The Man se veut plus accessible, sur leur dernier album Evil Friends (gracieuseté du réalisateur Danger Mouse collaborateur des Black Keys), le groupe ressemble désormais à une synthèse de formations à la mode (Black Keys, Sheepdogs, Klaxons) et leurs compositions, une fois rendues sur scène, finissent toutes par se ressembler. Heureusement l’expérience scénique acquise durant les 9 dernières années compense ; le groupe est d’un haut calibre, musicalement parlant, et maîtrisent parfaitement leurs pièces. Une performance toute en puissance qui s’est terminée comme elle a commencée ; au rappel ils ont réinterprété leur canon d’ouverture (au grand plaisir des fans) avant de nous laisser sur des reprises d’un groupe qu’il affectionne particulièrement : Les Beatles.

VENDREDI

20 heures, c’est le groupe montréalais Seoul qui ouvrait le bal au Métropolis. À défaut de jouer dans la même veine que ces successeurs (Wild Nothing et Local Natives), Seoul offre tout de même une pop ambiante de qualité, rêveuse par moment et groovy par d’autres. Nous ne sommes malheureusement pas resté par la suite, nous avons plutôt opté pour le funk d’Hilotrons au Cabaret du Mile-End. Originaire de Wakefield en Outaouais et composé d’une dizaine de musiciens (un véritable orchestre), Hilotrons mêle, sur scène, cuivres, guitares, percussions et sons électro, pour nous offrir de longues pièces dansantes. Avec de fortes influences de groupes tels Hot Chip, Lcd Soundsystem ou encore les Talking Heads, le groupe est la plus belle découverte du festival, jusqu’à présent.

La scène locale était aussi bien représentée du côté de la Casa Del Popolo et de la Sala Rossa, AroarA, un duo formé par le couple Ariel Engle et Andrew Whiteman (Broken Social Scene) se produisait à 23 :00 sur la scène de la Casa. Ne s’appuyant que sur leurs voix, leurs guitares et une boîte à son, Aroara surprend par sa simplicité ingénieuse ponctuée d’influences diverses allant de la pop au rock indie en passant par le rockabilly et le psychédélisme. Probablement le meilleur groupe local à surveiller ces temps-ci. Tout juste après, de l’autre côté de la rue, c’est Majical Cloudz qui revenait à la maison le temps d’une prestation. En plein contrôle de leurs moyens, le groupe a offert une performance plus que convaincante. Guidées par la puissante voix de Devon Welsh, leurs ambiances lourdes et envoutantes, instaurées par leurs compositions électroniques minimalistes, prennent d’avantage d’ampleur sur scène ; emportant du coup l’ensemble des spectateurs d’une Sala Rossa qui affichait complète. Une prestation sensible et magnifique, parfaite pour terminer notre soirée.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0