[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Le 8 août 2004

MOGWAI

au Spectrum

vendredi 27 août 2004, par Alexis Charlebois-Laurin

Je dois le dire tout de suite : je ne suis pas la personne qui court le plus les spectacles de post-rock (peut importe ce que ce nom peut bien représenter aujourd’hui) et je n’avais pas vu Mogwai en spectacle depuis leur première venue à Montréal au Club Soda en mai 2001. Premièrement le spectacle était pile à l’heure, point extrêmement positif, et Mogwai n’a pas mis deux heures à installer ses trucs après le groupe montréalais Bell Orchestre qui ouvrait le spectacle et qui nous a offert une prestation assez intéressante. Le genre on s’habille tous pareil et on a l’air d’être en pyjama ça commence à faire par contre. Ensuite Mogwai est arrivé sur scène et qu’est-ce que vous voulez que je vous raconte. La célèbre formation écossaise à offerte une excellente prestation digne de sa réputation. Le son était excellent et ils nous ont évidemment offert des pièces majoritairement tirées de Rock Action et de Happy Songs For Happy People. Est-ce que quelqu’un pourrait dire au frontman de la formation qu’il existe toutefois d’autres phrases que « thank you very much » à dire entre les morceaux. Aussi, je me demande encore pourquoi Mogwai met le son aussi fort durant ses spectacles. Je sais que c’est voulu et que c’est ce que la formation aime mais ça en est ridicule. Être eux je donnerais des bouchons pour les oreilles gratuitement en entrant. Notons aussi la pénible séquence de distorsion qui a fermé le spectacle et qui m’a semblé durer une éternité. Mogwai n’a pas mal joué et nous à offert une prestation à la hauteur de son talent mais c’était très froid si vous voulez mon avis. Même si je peux écouter leurs albums très fréquemment et sans me lasser, je suis prêt à parier que je n’aurai pas vraiment envie de les revoir l’année prochaine lors de leur visite annuelle à Montréal.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0