[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Concert > MERCURY REV / DEAN & BRITTA

Tous les sens sont en feu !

MERCURY REV / DEAN & BRITTA

Lundi le 8 décembre 2008 au Cabaret du musée

samedi 13 décembre 2008, par Jean-François Rioux

Il y avait autre chose à faire le lundi le 8 décembre que de regarder à la télé la pénible élection provinciale ! Nous avions de la rare visite, soit seulement une deuxième visite en vedette pour le groupe américain Mercury Rev depuis leurs débuts. Le groupe avait visité Montréal pour la première fois en performant à l’ancien Club Soda le 6 décembre 1995 devant approximativement 12 personnes. Pour malgré tout, déjà à cette époque, offrir un concert de l’enfer !

Le groupe a visité Montréal une seconde fois en août 2002, en première partie du groupe Oasis. Alors, disons que le groupe était fort attendu le 8 décembre par une timide foule de 150-200 personnes. Cela n’a pas empêché le leader et chanteur Jonathan Donahue de nous donner l’un des plus beaux spectacles de l’année. L’artiste possède un charisme et une personnalité fascinants, oscillant entre l’énergie d’un enfant heureux dans son élément à un intense et gracieux acteur fort en gestuelle. L’homme aux lunette fumées, le guitariste Grasshopper, semblait aussi prendre son pied au cœur des tensions orchestrales, les explosions et les rythmes parfois inattendus que nous envoyait la troupe. Les deux batteurs s’exécutaient à merveille pour créer des bombardements aussi près de la musique classique intense que de la musique techno rave.

L’éclairage et les images étaient spectaculaires, même si parfois agressifs par leur présence trop nombreuse. Le groupe nous donnait l’impression d’être un énorme orchestre, avec un mur de son à peine croyable et de qualité. Nous en avons pris plein la gueule et ce malgré un récent album fort décevant en Snowflake Midnight. Une surprise inattendue, une belle soirée avec l’un des groupes les plus sous-estimés de la musique alternative américaine.

En première partie, on y retrouvait Dean Wareham (Luna, Galaxie 500, le vrai groupe américain) et Britta Phillips (Luna) pour nous chanter leurs plus récents morceaux ainsi que des pièces de Galaxie 500 et de Serge Gainsbourg (Bonny and Clyde, bien entendu en français). Dean & Britta ont fait un beau travail, ils ont mis le public en feu pour ensuite nous laisser séduire par Mercury Rev.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0