[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Concert > LONDON, THEOPHILUS

"Make some noise !"

LONDON, THEOPHILUS

Samedi 18 février 2012 au Club Soda, Montréal en Lumière

lundi 20 février 2012, par Cynthia Quellet

À quelques jours de son 25ème anniversaire, le rappeur de Brooklyn était de retour à Montréal samedi soir pour la dernière escale de sa tournée « Tour de roses ». Le roi des mixtapes, connu pour son subtil mélange des genres - pop, R&B, hip-hop, soul, rap et même électro - avait l’air content de revenir au Club Soda. Talentueux et soucieux de se renouveler, celui qui a déjà collaboré avec plusieurs artistes de choix (Damon Albarn, David Sitek ou encore Sara Quin), s’est rapidement fait un nom dans le paysage musical actuel. Son premier album, Timez Are Weird These Days, sorti il y a seulement quelques mois, est loin d’être passé inaperçu, ajoutez à cela les prestations scéniques de l’intéressé, qui ont de quoi susciter l’intérêt.

Prêt à vibrer à nouveau ou curieux de découvrir le phénomène, le public était au rendez-vous samedi soir. Casquette LVRS (prononcé Lovers) rivée sur la tête, Theophilus London n’a pas tardé à enflammer le plancher. Avec l’aide de ses deux musiciens, il a jonglé entre nouveau matériel, hits de son 1er album (I Stand Alone et Why Even Try, notamment) et versions remixées, proposant ainsi une prestation un peu différente de celle de juin dernier. Certains des nouveaux morceaux sonnaient très rap, basses lourdes, éclairage réduit et sirènes à l’appui, pour venir renforcer les nombreux « make some noise » adressés au public.

Ces trois là avaient l’air d’avoir du fun sur scène et si on se fie au nombre de mains en l’air et de têtes qui se balançaient du côté du plancher, le public a visiblement lui aussi beaucoup apprécié. Au total presque deux heures de spectacle, dont quelques notes en hommage à Whitney Houston. Très à l’aise Theophilus London s’est même offert quelques bains de foule, porté par les bras des fans les plus proches, avant de s’allumer un joint et d’inviter les filles du public à venir le rejoindre sur scène histoire de finir dignement le party. Qu’on soit fan ou pas, il faut avouer qu’avec lui l’ambiance est garantie !

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0