[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Concert > DRUMS, THE

Ce soir on danse !

DRUMS, THE

Jeudi le 26 avril 2012 au Cabaret Mile End, Montréal

mercredi 2 mai 2012, par Jean-François Rioux

C’est jeudi dernier que nous avions la chance de recevoir pour la deuxième fois le groupe new yorkais The Drums dans le cadre de la tournée de leur second album Portamento (2011). Une soirée où vous aviez d’ailleurs le choix entre eux, les Cults et We Were Promised Jetpacks, choix difficile mais qui nous a convaincu grâce à l’ajout du groupe Craft Spells en première partie.

Peu de gens s’intéressaient au premier groupe de la soirée, nommé Part Time, jouant tout de même très bien leur musique eighties mais sans plus. Tous regardaient discrètement du coin de l’œil (dans une salle encore passablement déserte), la plupart des gens discutaient entre eux.

Lors de l’arrivé de Craft Spells un groupe imposant de gens s’est massé vers le devant de la large scène du Cabaret afin de mieux voir les timides musiciens. Puis après quelques notes seulement, l’ancien Club Soda se transforme en club de danse au son d’une musique nous rappelant encore une fois celle des années 80. Les musiciens qui n’ont absolument aucun style ni personnalité nous adressent quelques sympathies et semblent vraiment bien heureux de jouer dans notre belle ville, mais c’est quand ils jouent qu’ils sont à leur mieux et les gens ne cessent de balancer les fesses de gauche à droite sous la pluie de petites notes groovy, funky, disco, new wave et indie pop. Le groupe enchaine les hits et la salle se fait véritablement réchauffer.

L’attente est courte, le changement s’opère rapidement et ça ne prend que quelques instants avant de voir apparaitre le charismatique Jonathan Pierce. Qu’on l’aime ou pas, le sympathique gaillard est entrainant, amusant à voir bouger sur scène rappelant les fougueux Iggy Pop ou Mick Jagger en plus discret et avec une chemise sur le dos.

La différence sur scène avec les Spells est frappante, The Drums est fougueux, énergique, entrainant un peu comme leur musique. Des notes de basse et de guitares avec peu d’effet, des rythmes entrainants et une voix ultra mélodique sont la recette de leur succès.

Le groupe enchaîne les tubes de Portamento et de leur premier album, la foule vraiment plus nombreuse que durant les deux groupes précédents. Les gens dansent, chantent à tue-tête et des dizaines de téléphones intelligents filment ces moments magiques. Pour la seconde fois en quelques mois, The Drums fait passer toute une soirée à ses fans.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0