[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Délire électro-exalthant !

DOLDRUMS

Jeudi le 9 avril 2015, Théâtre Fairmount, Montréal

dimanche 5 avril 2015, par Émile Foucher

Jeudi soir dernier, c’est devant sa communauté et quelques fans qu’Airick Woodhead alias Doldrums présentait pour la première fois les nouvelles pièces de son album The Air Conditioned Nightmare paru sous l’étiquette Sub Pop. Issu de la mouvance DIY (Do it Yourself) des scènes de Toronto et de Montréal (Purity Ring, Blue Hawaii, Majical Cloudz), Doldrums crée un univers musical électronique éclaté situé entre le rêve et le bruit.

Principalement composée d’échantillons, l’électro de Doldrums puise son inspiration dans les sonorités industrielles, une poésie sombre et les paysages aériens. Sur scène, son univers se transpose à travers des boites à son, une batterie et des projections psychédéliques qui insufflent une énergie scénique des plus rocks. Avec ses compositions désordonnées et délirantes (Hot Foot), ses rythmes frénétiques qui nous emportent dans une vague d’exaltation (Loops) et ses voix discordantes et planantes (Video Hostage), Doldrums amène un côté vif et brut à un genre musical souvent associé à la modernité et la perfection.

Les nouvelles pièces de The Air Conditioned Nightmare sont fidèles aux univers musicaux de ses précédant essais : une musique électronique endiablée et aérienne qui se veut accessible, tout en laissant place à l’expérimentation (sonorités tropicales, échantillonnages vocaux chaotiques, montées sonores agressives.)

Si jeudi la majorité des pièces jouées étaient encore inconnues du public, quelques anciens titres tels que la très "dubstep" She Is the Wave et Egypt, n’ont pas été oubliées, emportant ainsi la centaine de corps présents dans un délire enivrant en symbiose avec la musique de l’artiste.

photo : Émile Foucher

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0