[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Concert > BECK, HOWIE / DESVEAUX, ANGELA

Grand est leur talent, magnifiques sont leurs voix…

BECK, HOWIE / DESVEAUX, ANGELA

Concert au Il Motore, Montréal, 27 mars 2009

vendredi 3 avril 2009, par Nicolas Pelletier

Une belle soirée en perspective avec deux auteurs-compositeurs-interprètes de talent : le torontois Howie Beck et Angela Desveaux, de Cap Breton en Nouvelle-Écosse, étaient de quart de travail au sympathique Il Motore, 179, rue Jean-Talon Ouest, en ce début de printemps montréalais. Ni Howie ni Angela n’ont déçu. Grand est leur talent, magnifiques sont leurs voix… et pas assez nombreux sont leurs fans ! Quel dommage que nous ne sommes pas plus nombreux à apprécier leurs chansons douces amères, flirtant avec la pop, le folk et parfois une touche d’americana country.

LES AIRS POP DE BECK

Howie Beck débute la soirée seul sur scène… à la batterie (!), lançant un beat cool, jusqu’à ce que ses compères le rejoignent sans se presser. Arrivent le guitariste, le bassiste, un claviériste-trompettiste et… un batteur (!!). Les cinq gars jamment un peu, à double rythme, avant que Beck ne troque ses baguettes pour une de ses guitares et le micro.

Howie Beck n’est pas né de la dernière pluie. Il accumule les belles collaborations musicales avec des gens de talent comme Feist et Jason Collett (deux ex-Broken Social Scene) et dernièrement Gonzales, qui lui a donné un coup de main à la réalisation de son 5e et plus récent album « How To Fall in Public » dont nous vous parlions la semaine passée dans ces pages (lien : http://emorageimagazine.com/article...) . Pas étonnant que plusieurs veuillent travailler avec Howie : ce sympathique gars a le talent de pondre de magnifiques airs pop très doux, dans un style à la fois intime et un peu flegmatique. Si sa voix était parfois un peu enterrée par le jeu un peu trop viril du batteur, cela ne nous a pas empêché d’apprécier les excellentes mélodies et harmonies vocales des Flashover, Save Me et Watch Out For The Fuzz, toutes trois tirées de son dernier opus.

LA DOUCE VOIX D’ANGELA

Suivait la star montante du country folk canadien Angela Desveaux et son groupe The Might Ship, composé de trois musiciens montréalais. Après quelques pépins techniques un peu déconcentrant (autant pour elle que pour le public), Angela a sorti sa belle voix, avec une aisance déconcertante. Cette fille, qui est en plus jolie, a vraiment une très belle voix nuancée. Capable de puissance et d’intimité, elle séduit par le dévoilement de ses sentiments amoureux, qu’on avait découverts l’an dernier sur son excellent deuxième album éponyme (lien : http://emorageimagazine.com/article...) .

Lançant ma petite préférée, la dynamique Hide From You parmi les premiers morceaux, elle enfile par la suite les beaux airs plus planants comme Worried Mind et Other Side, aux tristes mais beaux accents plus country. Desveaux n’est pas une bête de scène, s’installant plutôt confortablement au cœur de ses chansons. Naviguant sur le beau succès d’estime remporté par « The Might Ship » que nous commentions l’été dernier, Desveaux a acquis une belle confiance et respire le talent à plein nez. Des chansons comme Shape You et Sure Enough pourraient facilement être adoptées par n’importe quelle station de radio qui a du goût. Cette fille a tout ce qu’il faut pour mener une très belle carrière. Les fans d’Aimee Mann, de Jolie Holland, de Mara Tremblay et de Wilco devraient l’adopter dès la première écoute.

Voilà deux bons artistes sans une once de prétention mais pourtant deux tonnes de talents… à découvrir.

Rédaction et photos par Nicolas Pelletier

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0