[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Phéno-M-énal

-M-

Jeudi 21 février 2013, Métropolis, Montréal en Lumière

samedi 23 février 2013, par Cynthia Quellet

Matthieu Chedi, alias -M-, ouvrait le bal jeudi soir dans un Métropolis plein à craquer, pour le premier de ses deux concerts dans le cadre de Montréal en Lumière. Les organisateurs du festival ne se sont pas trompés en misant sur le Machistador français pour lancer cette 14ème édition : le personnage a donné un show phénoménal.

On entame l’échauffement avec le pop-folk rétro, franc et amusant, de Brigitte, pétillant duo français composé d’Aurélie Saada et Sylvie Hoarau. Nul doute, qu’en paillettes des pieds à la tête, affublées de robes fendues et se déhanchant langoureusement, elles laissaient personne indifférent. Textes drôles et bien ficelés, choré hippie chic, les filles de Brigitte ont trouvé la recette pour qu’on se délecte. Comment ne pas sourire lorsqu’elles déclinent leur version de « Ma Benz » de NTM ? Ou quand d’un coup elles lancent d’un air mutin « Ça va les garçons ? » et que 5 minutes plus tard elles envoient un « Brigitte te casse la gueule ». Elles sont mignonnes mais faut pas les chercher les « frangines » !

Lorsque les premières notes de clavier retentissent, on ne le distingue de la pénombre que grâce à ses imposantes et luminescentes lunettes en forme de M. On reconnait alors, Elle, première piste du nouvel album, Îl, sorti fin 2012. C’est en configuration trio, avec Brad Thomas Ackley & son étrange basstar – sorte d’hybride entre une basse et une guitare (2 cordes de l’une & 4 cordes de l’autre) – et Laurence Clais à la batterie, que M entame sa nouvelle tournée. Montréal n’en était que la 3ème escale mais on aurait cru la machine rodée depuis des années. On a mis quoi, deux minutes pour entrer dans le vif du sujet ? Riffs de guitare endiablés - sur une monture à paillettes dorées -, effets visuels accrocheurs et très vite quelques mots pour Montréal et son public avec lequel le chanteur entretient une relation particulière depuis de nombreuses années. M est de retour et il a bien l’intention de « tout donner » & de « faire le show ».

Soit. Le show, il fera. Au total, 2 heures 30 de spectacle savamment dosées. Un répertoire varié, alternant entre chansons du dernier opus (Mojo, La Vie Tue, Laisse aller…) et classiques chaleureusement repris en chœur par un public ensorcelé (Je dis aime, Onde sensuelle, À tes souhaits, Machistador….). Des rythmes changeants : des vagues rock aux solos effrénés, de la pop lumineuse, de l’intimité acoustique seul au clavier, des beats électro (reprise de Daft Punk) et des airs de flamenco sur la toute dernière pièce du concert, Baïa. Ajoutons à cela, de nombreux et sincères mercis, une reconnaissance et une sympathie touchantes. Inviter des enfants à le rejoindre, s’avancer à de nombreuses reprises sur l’avant-scène et descendre plusieurs fois dans la foule, pour être au plus près des fans, c’est aussi ça, M. Il y ira également d’une pensée pour sa grand-mère, Andrée Chedid, qui a écrit "Je dis aime" et d’un mot pour le peuple malien. Le personnage sonne rockeur un brin excentrique. L’homme sonne vrai, authentique.

On terminera par un rappel de 20 minutes, acoustique, avant de se laisser aller à la frénésie du Mojo, les musiciens revenant tous une dernière fois sur scène pour interpréter la fameuse chorégraphie. M y a mis toute son énergie et nous aussi ! Vu d’en haut, c’était grand, c’était beau. Phéno-M-énal. (photo : Frédérique Ménard-Aubin)

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0