[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Cinéma & DVD > Unconstitutional

The War On Our Civil Liberties

Unconstitutional

The Disinformation Company

dimanche 24 avril 2005, par Alexis Charlebois-Laurin

Unconstitutional est un autre de ces documentaires qui contestent les agissements de l’administration Bush dans la foulée de l’après 11 septembre 2001. Oh ! Attendez... la prochaine fois que je vois cette date, je crie de rage et de désespoir. On dirait qu’il n’y a plus qu’une journée à retenir dans l’histoire de l’humanité pour expliquer ce qui se passe présentement en Amérique et ses agissements au niveau international. Enfin, revenons au documentaire. Le nom donne déjà une bonne idée de ce que le producteur et réalisateur Robert Greenwald essait de faire passer comme message. L’administration Bush a adopté une série de mesures qui, au nom de la lutte au terrorisme, ont une influence directe sur les droits et libertés individuels des Américains et qui sont en grande partie anticonstitutionnelles. Une lutte qui, on le sait bien, ne pourra jamais être gagnée officiellement. Le premier fait dénoncé dans ce documentaire partisan est le fameux Patriot Act qui, comme on l’a vu dans Fahrenheit 9/11de Michael Moore, n’a pas été lu par les membres du Congrès. Sauf qu’ici on va plus loin. On explique que, après qu’une version ait été approuvée à majorité, l’équipe de John Ashcroft a modifié le texte en travaillant toute la nuit avec son équipe la veille de son adoption. Le texte final a donc été imprimé à 3 h 45 du matin alors qu’il devait être voté à 11 h 00 de la même journée. Pour un texte de 345 pages, ça ne laisse pas beaucoup de temps pour lire le tout, on en conviendra. Résultat : personne au Congrès n’a lu la version finale du Patriot Act et on l’a adopté quand même. Mais au fond, qui pouvait bien voter contre quelque chose qui se nomme le Patriot Act à une époque où la dernière chose que l’on veut aux États-Unis c’est d’être identifié comme étant anti-patriotique. Le nom du document est donc loin d’être un hasard. Puis, on continue. Plusieurs immigrants arabes et musulmans ont été arrêtés et détenus sans raison dans des conditions pour le moins inconfortables, et ce, sans même qu’on ne leur dise où ils étaient, pourquoi on les avait arrêtés et qui les avait arrêtés. Simplement au nom de la lutte au terrorisme. Tout ça sans débat public sur la question et sans avoir été discuté au Congrès. La dernière fois que le gouvernement a fait le point sur la question, plus de 1000 personnes étaient détenues au nom de ce que l’on a appelé le « Hold Until Clear ». Puis, on a cessé de donner des détails sur la question car le gouvernement ne tenait en fait aucune accusation relativement au 11 septembre 2001 contre ces personnes qui étaient (et certaines le sont encore) en fait détenues sur la base de simples doutes ou, encore pire, sur la base de simples stéréotypes. Des gens sont donc détenus sans procès devant la loi, ce qui va, encore une fois, à l’encontre de la très chère constitution américaine. On y montre aussi le témoignage d’une famille arabe qui a été arrêtée et emprisonnée parce que le père est un ancien pilote de l’aviation syrienne. Bref, on y avance l’idée que les terroristes ont peut-être accompli ce qu’ils désiraient le plus en divisant la société américaine et en l’amenant à réduire les libertés civiles sur son territoire. Ces mesures ont, selon un ancien membre du FBI, contribué à effrayer la population américaine d’origine arabe et les incitent à ne plus collaborer avec les forces de l’ordre ou fournir des informations pour stopper la menace terroriste. Or, pour contrer cette menace, la chose la plus importante est l’information. Peu importe l’affiliation politique que vous endossez, il est évident que les politiques de l’administration Bush ont créé un climat de paranoïa qui fait en sorte que tout le monde cherche à découvrir les terroristes potentiels qui pourraient poser le prochain acte violent en sol américain, créant ainsi une chasse aux sorcières où tout le monde se soupçonne. Ce documentaire nous indique par contre que de plus en plus d’Américains s’organisent pour faire face aux mesures du gouvernement qui vont à l’encontre des droits et libertés individuels qui sont si chers au peuple américain. Bien qu’il soit évident que Robert Geenwald a un agenda politique bien précis à faire passer à travers ce documentaire, cela donne au moins un autre point de vue que celui du discours dominant qui nous est trop souvent présenté et trop peu questionné.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0