[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Cinéma & DVD > FANTASIA 2013 > FESTIVAL FANTASIA 2013 (1)

Aux Portes du Paradis

FESTIVAL FANTASIA 2013 (1)

À Montréal, du 18 juillet au 7 août 2013

mardi 16 juillet 2013, par François Legault

Le festival préféré des amateurs de films de genre s’apprête à ouvrir ses portes. Sur la page couverture du catalogue de cette édition 2013 on retrouve l’ange Icare qui se brûle les ailes, voulant trop s’approcher du soleil. Avec les vagues de chaleur et d’humidité accablantes qui nous assaillent à qui mieux-mieux, l’envie est forte de franchir les enceintes du cinéma Impérial afin de se détendre à l’air climatisé quelques heures devant un bon film. Bien que cette analogie entre Icare et mes fantasmes de cinéphile rafraîchi soit un tant soit peu boiteuse, j’espère que vous avez retenu l’essentiel de l’exercice. Oui ! Vous avez bien lu ! Le festival est de retour à l’Impérial ! Le temps d’un été du moins, la salle du Hall de l’université Concordia étant en rénovation afin de mieux nous recevoir sans doute l’année prochaine.

Il faut donc voir comme un cadeau cette occasion en or de fouler à nouveau le plancher et le balcon du cinéma Impérial qui a reçu les cinéphiles de Fantasia lors de ses toutes premières éditions. Près de la moitié de la centaine de films à l’affiche cette année y sera présentée. La salle J.A De Sève de l’université Concordia servira elle aussi à diffuser plusieurs œuvres ainsi que la cinémathèque québécoise. On retrouvera à cette dernière plusieurs films présentés sous la bannière doublages insolites, des films de diverse origines et époques doublés en joual au Québec dont le fameux Polyester de John Waters présenté en Odorama ; les pastilles d’odeur remises au public agrémenteront la trame narrative en odeurs à la fois repoussantes et inusitées. Le trésor québécois Un Zoo la Nuit y sera aussi présenté en haute définition. Une pièce de théâtre réalisée d’après un scénario original de Clive Barker mettant en vedette de jeunes artistes de la relève sera aussi a présentée à la place des arts trois soirs au début d’août dans le cadre du festival.

J’ai à nouveau l’honneur cette année pour la onzième fois de convier les lecteurs d’emoragei au festival fantasia. Je vous ferai part de façon hebdomadaire de mes attentes et coups de cœurs cinématographiques. J’espère vous y croiser à nouveau cette année. La programmation de cette édition 2013 semble plus variée encore que les précédentes. Je ne me souviens pas en fait avoir eu un vif intérêt pour un si grand nombre de films depuis ma toute première année au festival en 1999. Je devrai faire de grands efforts pour ne pas négliger famille et amis durant mes vacances qui coïncident avec les semaines de projection (oui, j’aime fantasia à ce point). Voici sans plus tarder un aperçu de quelques uns des films qui ont retenu mon attention lors de cette première semaine de projections.

Le drame The Broken Circle Breakdown est le fruit d’une collaboration entre les pays-bas et la Belgique. On y fait la connaissance d’un couple de musiciens folks et bluegrass à l’apparence très bohème qui voient leur relation s’effondrer lorsqu’ils apprennent que leur enfant a la leucémie. Ce film dont la trame sonore est signée Björn Eriksson a remporté de nombreux prix lors de ses précédentes projections et nous promet de fortes émotions.

Le film Zero Charisma est sans doute le film envers lequel j’ai le plus d’attentes. On y retrouve un groupe d’adultes frisant la quarantaine qui occupe ses temps libres à jouer à donjons et dragons. L’arrivée d’un nouveau membre dans l’équipe forcera celle-ci à se rendre compte qu’il ne s’agit que d’un jeu et que la vie adulte les rattrape plus vite qu’ils ne le pensent. Ce film s’apparente plus selon moi à une comédie qu’à un drame si on se fie à la bande annonce mais ces héros semblent prendre leur rôle très au sérieux.

Les producteurs de Hobo with a Shotgun récidivent avec Cottage Country, un film à la fois drôle et violent dans lequel un couple tente de passer un bon moment de détente tranquille en amoureux dans un chalet. Ils recevront la visite du frère de l’amoureux et de sa conquête du moment et une guerre s’amorcera entre les deux couples jusqu’à ce que les cadavres s’empilent. La détente et les vacances prendront alors suffisamment d’importance pour que les preuves disparaissent et qu’on puisse enfin relaxer. Je crois qu’on pourrait recommander ce film aux fans de Todd Solondz.

Toujours sous le signe de l’humour noir, immédiatement après la projection de Cottage Country, fantasia présente The Dirties. C’est le nom que donnent à leurs bourreaux les deux héros du film, deux jeunes cinéastes en herbe dans une école secondaire. Fatigués de se faire manipuler, menacer et ridiculiser, ils tenteront grâce à un film qu’ils tournent de se débarrasser de leurs agresseurs. Ce film a choqué et soulever l’ire des spectateurs partout où il a été présenté. On dit qu’il pourrait expliquer sans nécessairement innocenter ces jeunes qui effectuent des tueries dans les écoles. Après tout, ne dit-on pas toujours que c’est le culte que vouent les américains à la violence et l’accès facile aux armes qui les provoque ?

Ceux qui parviendront à se libérer tôt de leur travail en début de semaine pourront assister à la projection de l’édition 2013 de Small Gauge Trauma, une sélection spéciale de courts métrages noirs et sanglants choisis avec soin par nul autre que Mitch Davis, un des co-directeurs du festival reconnu pour son appétit pour l’humour noir et l’hémoglobine. La réputation de cette projection n’est plus à faire. L’originalité et la qualité sont toujours au rendez-vous. Tentez à tout prix d’y assister et si vous perdez votre emploi, vous ne le regretterez pas, de nouveaux horizons s’ouvriront à vous.

La projection de Small Gauge Trauma est immédiatement suivie de celle du film Bounty Killer, ce qui promet une soirée mémorable. L’action du film se déroule dans un avenir post-apocalyptique où un collectif récompense à prix d’or la capture (morts ou vifs) des responsables du désastre, des cols blancs représentant des multinationales. Les mercenaires et chasseurs de primes en quête de fortune se lancent à la chasse et le sang gicle. Fantasia compare ce film à Mad Max et Death Proof. Pourtant, de mon côté, quand je vois la bande annonce je ne peux m’empêcher de penser aux Romeo & Juliet et The Beach de Danny Boyle. Le côté éclaté de l’action et les couleurs vives y sont sans doute pour quelque chose.

J’ai un faible pour les films de science fiction qui font réfléchir. Pas nécessairement mettant en vedette des extra-terrestres mais plutôt ceux du type psychologique où dimensions parallèles, voyages dans le temps et théories étranges se succèdent. Le film OXV : The Manual semble être de ceux-là. Les humains dans ce film vivent chacun sur une fréquence différente. On sait d’avance qui accomplira des exploits et qui sera voué à l’échec. Un jeune garçon rêve de l’impossible quand il rencontre une fille d’un rang beaucoup plus élevé que le sien. Il sera prêt à tout pour changer sa destinée. Cette prémisse me rappelle un peu l’excellent Gattaca qui mettait en vedette Ethan Hawke et Uma Thurman. J’espère de tout cœur en garder un aussi bon souvenir.

La comédie de gangsters des pays-bas Black Out sera présentée en première canadienne. Ce film met en vedette un héros amnésique sur le point de se marier qui est poursuivi par une meute de tueurs qui prétendent qu’il leur a volé de la drogue. Il devra sauver sa peau en tentant de retrouver sa mémoire. J’ai adoré les comédies de Lasse Spang Olsen In China They Eat Dogs et Old Men in New Cars présentées au festival il y a plusieurs années. Ce film me les rappelle et c’est suffisant pour que je veule à tout prix assister à sa projection. L’humour particulièrement noir des films des pays-bas me fait tordre de rire, disons qu’ils n’ont pas la langue dans leur poche et que rien ne les gêne vraiment. Ils sont authentiques et on sait toujours ce que les personnages pensent.

Ceci résume les films que j’ai l’intention d’aller visionner en salles lors de la première semaine du festival fantasia. Il y a bien sûr d’innombrables autres films à l’affiche dont deux signés Takashi Miike (Shield of Straw en guise d’ouverture du festival et Lesson of the Evil), un des réalisateurs vedettes au festival. On projette aussi un film de magie noire, Magic Magic, mettant en vedette le jeune acteur de plus en plus populaire Michael Cera dans un contre emploi où on le verra jouer un délinquant un peu fêlé. Un des rares dessins animés au menu cette année, The Garden of Words, est réalisé par Makoto Shinkai, un réalisateur fort apprécié au festival qui nous a livré plusieurs long métrage dont l’excellent Children Who Chase Lost Voices From Deep Below présenté l’an dernier. On parle de lui comme d’un digne successeur au géant Hayao Miyazaki.

Comme vous pouvez le constater, plusieurs styles films sont à l’affiche à nouveau cette année. Il y a également plusieurs films d’horreurs, d’action et d’arts martiaux. Il m’est impossible de les mentionner tous. Je vous invite à vous procurer le programme et à faire votre propre sélection. Les billets sont en vente dès mardi le 16 juillet à 13 heures. Au plaisir de vous croiser en salles. Bon cinéma !

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0