[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Suspense et sensations fortes

FANTASIA 2012 (2)

Du 19 juillet au 9 août 2012, Montréal

vendredi 27 juillet 2012, par François Legault

Une première semaine de l’édition 2012 du festival Fantasia se termine déjà. Voici venu le temps d’un retour personnel sur celle-ci et d’un avant-goût de ce que nous réserve la deuxième semaine de cinéma.

Le film d’animation japonais Children Who Chase Lost Voices From Deep Below s’est avéré supérieur à mes attentes qui étaient déjà très élevées. Le film présente un lot de personnages et de créatures étranges qui évoluent au sein de décors à couper le souffle. On peut facilement comparer ce film à ceux d’Hayao Miyazaki quoique l’action se veut ici plus intense et violente. On n’hésite pas à exposer le sang bien rouge d’une créature géante qu’on achève à la mitraillette. L’idée principale est d’aborder de façon poétique et parfois cruelle le deuil et l’importance d’y survivre et de passer à autre chose. Ce réalisateur est indéniablement à surveiller de près.

Le film chinois The Sword Identity m’a déçu au plus haut point. Je n’ai que rarement vu une bande-annonce aussi mensongère. On croyait avoir affaire à un film d’arts martiaux et d’épées sérieux et haletant, mais il n’en est rien. La majorité des acteurs semblent évoluer devant la caméra pour une première fois et les personnages ont tous un rôle plus ou moins défini à jouer. On a plus affaire à une mauvaise comédie qu’à un bon film d’action. Qu’il s’agisse du gros général idiot, des danseuses prisonnières ou des personnages plus importants tels que les maîtres des écoles d’arts martiaux ou du héros du film, tous ne semblent présents que pour nous faire rire de leur maladresse. Dragon ou Reign of Assassins auraient sans doute mieux satisfait mon appétit pour cette catégorie de films.

Smuggler de Katsuhito Ishii a prouvé une fois de plus l’indéniable talent du réalisateur. On retrouve ici le même type d’action violente, d’humour inquiétant et de dialogue à la Tarantino qu’on découvrait il y a de cela plusieurs années au festival avec Shark Skin Man and Peach Hip Girl. Les personnages sont tous de fortes têtes dans un monde de gangsters qui s’entredéchirent sans se rendre compte qu’ils ont tous besoin les uns des autres. De formidables séquences au ralenti, un souci du détail digne des plus francs succès d’Hollywood et une scène insoutenable de torture font de ce film une bombe à laquelle on ne peut souhaiter que du succès. Il y a fort à parier que le cinéma américain empruntera sous peu les services de ce réalisateur formidable, un tel talent ne peut pas faire autrement que de se faire remarquer.

Le film The Pact a su me faire frémir à plusieurs reprises. L’horreur ne se fait pas attendre dans cette maison lugubre et les scènes inquiétantes qu’on s’attendrait à voir vers la fin d’un film semblable apparaissent dès le tout début. On donne les explications au compte-goutte et plusieurs évènements demeurent un mystère au moment de sortir de la salle. La plupart des idées ont déjà vu le jour dans d’autres films avant celui-ci, mais avant de voir les remakes américains peut crédibles The Eye, The Ring, The Grudge, Quarantine et autres copies douteuses de classiques mieux vaut se taper The Pact. Le film est une adaptation en long métrage d’un court réalisé quelques années auparavant. Il n’a aucune longueur et ce dernier a su donner corps à son film de façon intéressante.

Voici maintenant un aperçu des films qui ont retenu mon attention pour cette deuxième semaine de festival.

Tout d’abord un incontournable, DJ XL5 Zappin’ Party Happening. Chaque année Marc Lamothe, un des principaux fondateurs de Fantasia, revêt le temps d’une soirée la toge de son personnage DJ XL5 et nous sert un savoureux cocktail de courts métrages incroyables et de vidéo-clips douteux assemblés sous forme d’une soirée de zapping. Le débit se veut toujours infernal et les séquences se succèdent à un rythme effréné. Le terme DJ est plus souvent associé à la musique qu’à la télé, mais les soirées de DJ XL5 donnent réellement envie de danser. Les images proviennent des quatre coins du globe, mais plusieurs sont aussi offertes par des artistes de chez nous qui nous partagent leurs plus récentes créations. Chaque année, on demande à la salle qui est présent pour la première fois au party de DJ XL5 et chaque fois on s’impressionne de voir autant de nouveaux visages. Si vous n’avez qu’une soirée à consacrer au festival, pour essayer, faites que ce soit celle-ci. Le jeudi 26 juillet 2012 parmi 800 festivaliers dans la salle Hall à Concordia.

Doomsday Book est un assemblage de trois courts métrages réalisés par différents réalisateurs qui ont au total une durée de près de deux heures. Ce type innovateur de film se retrouve toujours au programme de Fantasia. Parfois il s’agit de films d’horreur, parfois de dessins animés ou bien de comédies. Dans le cas de Doomsday Book il s’agit plutôt de science-fiction. Les films traitent respectivement d’insectes agressifs, d’un robot que plusieurs prennent pour la réincarnation de Bouddha et d’une météorite qui semble étrangement liée à une boule de billard. Les réalisateurs n’en sont pas à leurs premiers films et ont déjà réalisé respectivement les œuvres Hansel & Gretel et A Tale of Two Sisters. Ce dernier figure selon moi parmi les meilleurs films jamais présentés à Fantasia. Doomsday Book sera présenté le vendredi 27 juillet.

Le film coréen Quick semble s’apparenter à une puissante dose d’adrénaline. Hybride possible des films à succès Speed et Taxi, Quick met en vedette un maniaque de vitesse à motocyclette qui doit transporter des bombes un peu partout dans sa ville sans quoi la bombe dissimulée dans le casque de sa passagère explose. La Corée a maintes fois fait ses preuves en matière de films d’action à Fantasia et Quick semble prometteur et très excitant. À voir le dimanche 29 juillet en après-midi.

Le lundi 30 juillet, un beau dessin animé espagnol sera présenté. Wrinkles est adapté d’une bande dessinée maintes fois primée. On y partage l’expérience d’un nouvel arrivé dans une maison de retraite. Ce dernier devra composer avec les problèmes liés à l’âge et côtoyer des victimes de l’Alzheimer et divers retraités et patients de la maison. Le film présente avec humour la triste réalité de la perte d’autonomie et des amitiés parfois difficiles qui peupleront nos derniers jours.

Cette même journée, tout de suite après la projection de Wrinkles, Mitch Davis nous gavera de courts métrages sombres et déstabilisants lors du banquet cadavérique qu’est Small Gauge Trauma. Chaque année Mitch nous réserve les pires films de psychopathes à l’esprit tordu et nous les présente dans un bloc inoubliable qui fait tressaillir et vibrer les spectateurs innocents comme les plus aguerris. Si vous êtes sensible face à certains types de films, n’y allez surtout pas. Si par contre vous avez l’impression d’avoir tout vu au cinéma et que plus rien ne vous fait peur assoyez-vous, mais méfiez-vous de vos voisins, ils sont peut être armés. Je ne lis plus les synopsis de Small Gauge Trauma depuis des années, je préfère garder la surprise. Faites confiance à Mitch Davis, vous ne pouvez pas être déçu.

Le mardi 31 juillet, préparez-vous pour la première québécoise de Killer Joe. Une famille décide de se débarrasser de maman pour toucher l’assurance vie et fait appel à un policier tueur à gages pour effectuer la sale besogne. Mais quand on vit sans le moindre remord et qu’on représente à la fois la loi et la sentence, il est facile de faire chanter tout ce beau monde. Les personnages du film semblent tous s’entendre à merveille et c’est louche. Ce film est sans doute un bijou d’hypocrisie, de traitrise et de dialogues mordants. Le réalisateur William Friedkin nous a déjà livré The Exorcist, peut-on se permettre de douter de son talent ?

J’essaierai également d’assister aux projections de Sons of Norway, un film mettant à la fois en vedette des hippies et des punks, et de The Tall Man, un film dont on dit beaucoup de bien dans lequel une ville voit disparaître ses enfants un à un qui déborde de revirements inattendus.

Bon festival à tous et rendez-vous la semaine prochaine !

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0