[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Cinéma & DVD > Fantasia 2009 > FANTASIA 2009 : Troisième Semaine

La pièce de résistance

FANTASIA 2009 : Troisième Semaine

samedi 25 juillet 2009, par François Legault

Le festival Fantasia entamera bientôt sa troisième et dernière semaine de projections et bien qu’il ait démarré en trombe avec la présentation de longs métrages signés Sion Sono et Park-Chan Wook il ne semblerait pas faux de dire que les programmateurs ont gardé le meilleur pour la fin. Avec l’annonce toute récente de l’ajout du nouveau film de Quentin Tarantino, Inglorious Basterds en guise de film de clôture, tout porte à croire que les derniers jours du festival foisonneront de belles surprises. Le temps est venu pour un bref retour sur cette deuxième semaine de cinéma et un avant-goût de ce que nous réserve la finale.

Le film d’animation haut en couleurs Hells, nouveau délit des productions Madhouse, s’est avéré un véritable feu d’artifice qui n’a cessé d’exploser. Un vrai régal pour les yeux, le long métrage déborde de scènes d’actions qui se succèdent à qui mieux mieux. L’image est d’une richesse éclatante et si on a le malheur de détourner le regard de l’écran pour piger dans son sac de maïs soufflé, on s’assure de manquer quelque chose tant l’action déboule vite. On croirait parfois se trouver au coeur d’une bande dessinée signée Moebius tellement les décors et personnages secondaires loufoques rappellent ceux de l’Incal. La comparaison s’arrête toutefois net étant donné l’absence quasi-complète de scénario dans ce film. Il est dommage que tant de splendeurs et de talents soient utilisés à si mauvais escient dans ce festin d’animation doté d’une introduction qui ne cesse d’introduire et d’une conclusion de près d’une heure qui ne cesse de conclure. On a mis tellement d’efforts à présenter les personnages que l’intrigue et l’élément déclencheur se sont glissés en douce et on passe la dernière demi-heure entre l’écran et sa montre, muet d’admiration face à une oeuvre où la logique brille par son absence.

Le film coréen Portrait of a Beauty fait partie de ces films d’exception de plus en plus nombreux que Fantasia présente à chaque année dans le but de faire vibrer d’autres cordes sensibles chez son public que celle excitées par l’horreur, l’animation et les arts martiaux. Cette comédie romantique et dramatique d’époque raconte l’histoire d’une jeune peintre forcée d’exercer son art en empruntant les traits d’un homme. Elle rencontrera l’amour auprès d’un artiste qui partagera son secret. Le tuteur de la jeune fille éprouve lui aussi une attirance pour cette dernière et tentera par tous les moyens de s’attirer ses faveurs une fois qu’il aura découvert son secret par accident. Le film est très beau pour ses décors et ses costumes mais l’histoire de triangle amoureux maintes fois empruntée par les cinéastes ne sort pas tellement de l’ordinaire et on a parfois l’impression que ce film aurait très bien pu nous parvenir de studios américains. Il est toutefois intéressant de voir l’artiste peindre des toiles osées et mettre sa réputation en jeu face à une censure royale en pleine effervescence.

Mitch Davis a présenté cette année encore son originale sélection de courts métrages noirs et dérangeants. On en a eu pour notre argent durant ces deux heures bien remplies de cinéma sordide et de finales en queue de poisson axées sur les thèmes de l’adolescence, du rituel et du corps. Certains courts dont My love lives in the sewers, Full employment, Fallow et Rite débordent d’originalité et surprennent au moment où on s’y en attend le moins alors que Control et The Chest ne font que présenter de l’extrême violence sans trop s’attarder à raconter quoi que ce soit. Les films Boob et Baby Shredder Song, quant à eux, sont carrément stupides mais viennent alléger un programme qui se veut assez traumatisant dans son ensemble. C’est en général ce à quoi on peut s’attendre annuellement de la part de Small Gauge Trauma ; quelques courts sanglants à souhait, un humour grinçant mais malgré tout une majorité de courtes histoires imprévisibles et bien dosées dont on se souviendra toute notre vie.

Voici maintenant un aperçu des films qui ont capté notre attention et qui sont présentés lors des derniers jours du festival.

Il y a deux ans de cela Fantasia présentait le film Always : Sunset on Third Street, adaptation cinématographique d’un populaire manga japonais. L’action de cette délicieuse comédie familiale prenait place au Japon il y a environ 60 ans et tournait autour de personnages simples qui nous faisaient vivre la vie de famille à cette époque. Le film rempli d’humour a eu droit à une excellente suite qui fût présentée l’année dernière au festival. C’est donc un immense plaisir que d’assister à la projection d’un nouveau film, lui aussi adapté d’un manga, du même réalisateur. K-20 Legend of the Mask est un film d’action et de justicier masqué qui rappelle un peu à première vue Zorro ou V for Vendetta. Un bandit masqué perpètre divers crimes et s’attire l’attention des médias et de la police qui met la main sur le mauvais gars. Ce dernier parvient à s’échapper et tente par tous les moyens de trouver K-20 pour se libérer des fausses accusations qui pèsent contre lui. Si l’humour et le souci du détail qui ont marqué les deux films d’Always sont présents dans ce film, il s’agit d’un rendez-vous à ne pas manquer.

Les fans d’animation seront comblés par la présentation de Genius Party Beyond, second volet de courts métrages présentés par la maison 4o responsable des somptueux Tekkon Kinkreet et Mind Game, tous deux applaudis à Fantasia et acclamés à travers le monde pour leur originalité et leur splendeur. Il va sans dire que cette projection sera l’ultime moment du festival pour les amateurs de dessins animés. Le film est précédé de Cencoroll, un court métrage d’animation de 30 minutes tiré d’un populaire manga qui semble tout aussi intéressant que Genius Party Beyond.

Le film d’horreur Trick r Treat sera enfin présenté sur grand écran au festival. On pouvait voir des bandes annonces pour ce film il y a déjà près de deux ans de cela sur le web et sa sortie était prévue pour l’halloween. Ce cauchemar est annoncé comme un film d’horreur de l’époque où les films avaient pour but de nous divertir plutôt que de nous tourmenter. Après une innombrable série de films Saw pour le moins insipides et une centaine de films angoissant qui tentent de copier le genre, Trick r Treat est une surprise des plus attendues et agréables. L’humour noir sera assurément présent étant donné la présence de Dylan Baker qui enseigne les rudiments de l’halloween à son fils. Ceux qui se souviennent des leçons sur la vie sexuelle qu’il donnait à son fils dans le film Happiness de Todd Solondz feraient bien de se ruer sur les derniers billets de ce bijou qui vient de bénéficier d’une projection supplémentaire. La presque totalité des billets pour ce film présenté à la toute fin du festival se sont vendus le jour même de leur mise en vente.

Ce fut une grande surprise pour le public de Fantasia et pour la ville de Montréal entière, à en juger par la réaction des médias, d’apprendre que le nouveau film de Quentin Tarantino. Inglorious Badsterds, sera présenté en première nord-américaine en guise de film de clôture du festival Fantasia. Ce premier film du réalisateur depuis Death Proof est attendu depuis des lustres par ses fans et ne peut dénicher meilleur endroit pour être présenté que face au public du plus important festival de film de genre en Amérique. Le film cadre très bien avec la mission et l’atmosphère du festival et se verra réservé tout un accueil. Brad Pitt, Eli Roth et Mike Myers tiennent la vedette de ce film qui raconte l’histoire d’une élite de l’armée qui s’occupait de tuer des nazis lors de la guerre. On peut s’attendre aux scènes d’action explosives et aux dialogues et répliques qui ont fait la réputation de Tarantino. Le film prendra l’affiche un peu partout un mois plus tard mais pourquoi attendre ? La différence entre voir un film dans son salon et au cinéma est minime si on compare avec celle entre voir un film au cinéma régulier et à Fantasia. Des milliers de personnes l’ont déjà compris et c’est pourquoi les billets pour cette unique projection seront sans aucun doute tous vendus au moment où vous lirez ces lignes.

Ceci résume les quelques recommandations que nous avons à vous faire pour la dernière semaine du festival. Nous vous donnons rendez-vous à nouveau la semaine prochaine pour un compte-rendu du festival en général et de sa cuvée 2009. Merci à tous nos lecteurs et bon cinéma !

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0