[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Cinéma & DVD > Fantasia 2009 > FANTASIA 2009 - première semaine

De la pellicule au menu

FANTASIA 2009 - première semaine

vendredi 10 juillet 2009, par François Legault

L’été semble à peine installé dans la métropole que déjà le festival préféré des amateurs de cinéma de genre nous convie à narguer la météo incertaine, nous gaver d’un menu exotique et profiter coûte que coûte, beau temps mauvais temps de cette vénérable offrande que Fantasia nous réserve. Cette année encore, l’équipe d’emoragei a l’honneur et le plaisir de figurer parmi les invités du festival et nous vous invitons à lire hebdomadairement nos appréhensions, impressions, réactions et coups de cœur liés aux divers moments marquants du festival.

Sans plus tarder, voici les films qui ont retenu notre attention en consultant l’horaire de la première des trois semaines de cette nouvelle édition. Bien que notre équipe d’emoragei soit friande de cinéma de genre et honorée d’être invitée à assister aux films, nous ne pouvons bien évidemment pas assister à toutes les projections. Certains fantasiaques rencontrés au fil des ans parviennent à atteindre des records d’assistance presque inexpliquables ; plusieurs d’entre eux parviennent à visionner plus de 80 des films à l’affiche. Dans le but d’alléger nos textes qui souvent s’étirent sur plusieurs pages, nous tenterons d’annoncer et commenter un maximum de dix films par semaine, ce qui semble d’ores et déjà un défi des plus substantiels.

Le film thaïlandais Queens of Langkasuka, mis au monde grâce à un budget phénoménal de plus de 20 millions de dollars, nous promet un somptueux festin pour les yeux. Les premières images de la bande annonce nous laissent croire à la vue des nombreux bateaux à l’assaut d’un château fort qu’il s’agit d’effets spéciaux conçus à l’ordinateur mais à l’annonce du budget investi dans ce monstre, on comprend qu’il s’agit là de véritables décors. Une reine voit son château et ses sujets menacés alors qu’une attaque par la mer et de nombreux complots visent à renverser son règne. La seule option de salut réside dans un canon qui doit être actionné à temps par une force mystérieuse enfouie sous la mer. On peut s’attendre à des paysages somptueux et des combats à couper le souffle.

Fantasia sort des voûtes un film japonais datant de la fin des années 70 qu’il aimerait bien voir consacré film culte, si ce n’est déjà fait. Le film House (rien à voir avec le film d’horreur populaire) semble être un véritable délire. On peut y voir des effets spéciaux de la vielle école, notamment des doigts coupés qui jouent du piano ou une tête tranchée encore vivante qui vole et crie à tue-tête. Ce qui est drôle, c’est que le film semble être présenté à la façon d’un film pour enfants, avec une troupe de fillettes qui chantent et des scènes plutôt amusantes. Le film est présenté vers minuit, pour respecter la tradition des midnight movies qui ne déçoivent pratiquement jamais qui sait les prendre avec un sourire.

Le cinéma norvégien nous fait cadeau cette année de Dead Snow, un film de zombies nazis qui chassent des planchistes en montagne après que ces derniers se soient emparés de leur trésor. Deux choses semblent différencier ce film des autres films du genre : ces zombies sont rapides, organisés voire intelligents et on a pris soin de filmer de superbes paysages de montagnes enneigés. Quand les zombies sont gris et que la neige est blanche, le sang rouge crève l’écran.

L’auteur à succès Clive Barker se passe de présentations. On a pu frissonner l’an dernier en visionnant Midnight Meat Train, adaptation d’un roman de Barker dans lequel Vinnie Jones, un des acteurs désormais fétiches du festival depuis l’excellent Survive Style 5+, jouait le rôle d’un tueur sanguinaire dans le métro. Cette année, deux des nouvelles de l’auteur passent à l’histoire dont la première, Book of Blood, qui sera présentée cette semaine. Un homme possédé par d’étranges pouvoirs se verra contraint, malgré lui, à utiliser sesdits pouvoirs afin d’étancher la soif d’occulte d’une sombre femme qui tente d’ouvrir une porte entre deux mondes grâce à un appartement où d’étranges événements ont eu lieu dans le passé. L’au-delà semble communiquer avec cette dernière en se manifestant par écrit sur le corps du pauvre homme. Ceux dont la vue du sang effraie en auront pour leur compte.

Enfin, Mac Lamothe, un des fondateurs et piliers du festival Fantasia se manifeste annuellement sous le pseudonyme de DJ XL5. À chaque année, on a droit à une fête et, disons-le, à un festival à-même le festival. Lors de cet unique événement, DJ XL5 nous présente un cocktail de courts-métrages présentés sous forme d’une séquence de zapping entre diverses élucubrations cinématographiques dignes du bon vieux film de Weird Al Yankovic : UHF. La foule présente lors des projections de Fantasia est réputée mondialement pour ses réactions et sa participation respectueuse mais ô combien déjantée aux moments cocasses, atroces ou explosifs des divers films à l’affiche. C’est d’ailleurs lors de ce moment propice aux fous rires qu’on a droit aux plus vives de ces réactions.

Nous vous donnons rendez-vous d’abord au festival et ensuite à nous lire à nouveau la semaine prochaine pour un compte rendu des événements et une anticipation de ceux qui marqueront la seconde semaine du festival. Bon cinéma à tous et à toutes !

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0