[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Cinéma & DVD > Fantasia 2007 > FANTASIA 2007 (Texte #3)

Près du but (3ième semaine)

FANTASIA 2007 (Texte #3)

jeudi 19 juillet 2007, par François Legault

FANTASIA 2007 : Semaine 3

Déjà le quatorzième jour du festival Fantasia tire à sa fin. Plusieurs bons moments passés, quelques moins agréables aussi mais une bonne cuvée dans son ensemble. Le moment est venu de faire le point sur la deuxième semaine du festival et de préparer la troisième, courte semaine cinq jours. Voici alors un résumé des quelques films visionnés par émoragei du 12 au 18 Juillet ainsi qu’un aperçu des films à venir au cours des jours à venir.

La comédie états-unienne Special mettant en vedette Michael Rapaport, éternel acteur de soutien pour la première fois dan un rôle principal, fût sans aucun doute l’une des plus grandes surprises au festival. Rapaport tient le rôle dans ce film d’un homme ordinaire timide qui rêve aux supers héros. Il décide de tester un médicament mis à l’essai dans le cadre d’une étude privée qui est censé lui donner confiance en lui. Le produit fonctionne si bien que notre héros est maintenant persuadé avoir développé des pouvoirs surnaturels lui permettant de flotter, lire les pensées et passer au travers des murs. Il entreprend donc de venir en aide à sa ville mais ne vient qu’à bout de s’attirer des ennuis. Le sujet très original est bien exploité et on ne peut s’empêcher d’éclater de rire en voyant la vie du personnage sombrer dans une folie certaine. C’est un plaisir coupable de rire du malheur des autres mais ô combien agréable dans ce film.

Le film de Taïwan Silk fait partie de ces nombreux films de fantômes asiatiques qui sont à la mode depuis quelques années. Un mince fil de soie relie un fantôme à ses victimes dans ce film qui tente de lier nouvelles technologies et esprits. Une équipe de scientifiques cherche à inverser la gravité et isole pour ce faire le fantôme d’un enfant grâce à un champ électromagnétique. La logique de ce film nous échappe un peu si bien qu’on se demande parfois si on a affaire à un film d’horreur ou de science-fiction. On croirait que le réalisateur planifiait deux films à la fois et qu’il a décidé de n’en faire qu’un seul. C’est tout de même un bon film bien monté qui demande non seulement à son auditeur une de croire aux fantômes, mais aussi à des technologies imaginaires un peu exagérées.

Le film russe Stalker qui n’a pu être présenté à la date prévue a finalement connu, à nouveau, son heure de gloire tôt lundi après midi au festival. Ce long film de deux heures et demie était projeté dans le cadre d’un hommage aux vieux films de science fiction russes organisé cette année par l’équipe de Fantasia. On peut y voir un écrivain et un professeur guidés par un homme vers une chambre magique qui a le pouvoir d’exaucer les souhaits des gens qui y pénètrent. Bien sûr vu l’âge du film il ne faut s’attendre à aucun effet spécial. Le film tourné en partie en noir et blanc et en partie en couleur s’attarde longuement sur les prises de vues éblouissantes et les paysages envoûtants à la manière d’un film de Gus Van Sant. Les personnages y discutent presque uniquement philosophie et raison de vivre et tente de trouver un sens à leur vie. On peut en quelque sorte comparer ce film au film Ghost in the Shell : Innocence. La beauté de l’image est à couper le souffle, les dialogues ne traitent que de philosophie et le film semble en souffrir d’un manque de contenu. Un film définitivement conçu pour un jour de pluie.

A Bloody Aria était attendu par plusieurs comme la venue du messie. Bien que le synopsis soit intéressant la bande annonce ne rend pas honneur à ce film qui mérite autant d’attention que la trilogie que constituent les films Sympathy for Mr. Vengeance, Old Boy et Lady Vengeance. On y présente un professeur de musique et sa jeune élève qui se retrouvent prisonniers d’un groupe de voyous qui s’amusent à inventer divers jeux dans lesquels les personnages se trouvent à jouer tour à tour les rôles du chat et de la souris. Le climat se trouve de plus en plus tendu à mesure que la situation empire à l’apparition de chaque nouveau personnage. La cruauté physique et psychologique est exploitée avec humour et on prend plaisir à prendre certains personnages en pitié. Un grand film.

Le film We Are the Strange, realisé en entier par une seule et unique personne ; un dénommé M dot Strange, a conquis l’audience par son audace et sa trame sonore rappelant les bons vieux jeux de la première console de nintendo. Plusieurs techniques d’animation qu’on aurait cru impossible de voir combinées dans un même film se donnaient la réplique créant du même coup une ambiance sombre et énigmatique rappelant par moment celle du film Eraserhead de David Lynch. La peau d’une prostituée se couvre d’écailles à chaque fois qu’elle parle ou sourit, un jeune garçon meurt d’envie de crème glacée et un guerrier voilé se ballade en compagnie d’un être de papier polymorphe. Les couleurs froides et chaudes et les formes géométriques employées dans le film font penser aux vidéoclips et images entourant la sortie des albums de radiohead Kid A et Amnesiac.

Voici maintenant un aperçu des quelques films prévus à l’horaire des prochains jours ayant retenu l’attention d’émoragei.

Jeudi le 19 la journée débute par la projection du film thaïlandais The Victim dans lequel une jeune actrice joue le rôle des victimes de divers meurtres pour la police. Elle croit nuire au repos de l’âme des défunts en agissant de la sorte. Elle a raison. Comme c’est le cas pour la plupart des films thaïlandais, ce film semble être très beau et très effrayant à la fois. Les films de fantômes thaïlandais sont bien différents des films asiatiques en général étant donné qu’ils traitent rarement de sujets d’actualité. On a plus souvent affaire à des esprits amoureux et à des vieilles maisons abandonnées qu’à des vidéocassettes et des téléphones cellulaires. Ce film semble à mi chemin entre les deux types de films. Le film américain The Girl Next Door présenté en fin de soirée est basé sur une histoire vraie. À la fin des années cinquante, un groupe de jeunes adolescents kidnappe une jeune fille et la séquestre un mois durant dans le sous-sol d’une maison. Tous les jeunes de l’école sont au courant de la situation mais aucun ne les dénonce. Peut-on appeler ça de la fraternité ?

Vendredi DJ XL5 alias Marc Lamothe vous convie à une soirée mémorable. Pour la troisième année consécutive, le programmateur a assemblé un cocktail explosif de très courts métrages qu’il présente à la manière d’un DJ qui s’empare d’une télécommande pour Zapper d’une bizarrerie à l’autre. Attendez-vous à rire aux éclats et à crier à gorge déployée. Le très controversé documentaire Zoo traitant d’amour et relations sexuelles entre l’homme et l’animal prend ensuite l’affiche. Une comédie en provenance de la Nouvelle-Zélande mettant en vedette un cascadeur fou, The Devil Dared Me To, est aussi au programme. La soirée se termine avec la projection d’un remake américain du film Wizard of Gore dans lequel on voit un magicien découper en morceaux les Suicide Girls pour les besoins de son spectacle.

Samedi la journée débute par un choix qui peut s’avérer difficile. Le film Russe The Swordbearer dans lequel un homme pourvu de pouvoirs magiques qu’il ne sait pas contrôler est présenté en même temps que le film japonais Always : Sunset on Third Street, adaptation d’un manga populaire réalisée par le même qui nous a présenté il y a de cela quelques années l’excellent film de science-fiction The Returner. Notez que le film Always : Sunset on Third Street est aussi à l’affiche lundi le 23 à 17hres contrairement à The Swordbearer qui n’est présenté qu’une seule fois. Le film espagnol Al Final Del Espectro est ensuite au programme. Une cinéaste ayant vécu une psychose et plusieurs expériences traumatisantes s’enferme dans un appartement qui foisonne de caméras qu’elle installe par peur d’être rattrapée par un passé instable. Croyant être victime d’hallucinations, elle constatera à l’aide de ses caméras qu’elle n’est pas seule chez elle.

Dimanche un incontournable est à l’affiche pour les amateurs de dessins animés. Yobi the Five Tail Fox est réalisé par le même Coréen qui nous a livré l’excellent My Beautiful Friend Mari. Il s’agit d’un dessin animé d’une rare beauté qui s’apparente aux œuvres d’Hayao Miyazaki. Yobi est un petit renard qui peut prendre forme humaine pour un certain temps mais qui doit sacrifier un être humain s’il veut conserver cette forme. N’ayez pas peur d’amener vos enfants à cette projection. Il n’y a aucune violence dans ce film qui est un véritable petit bijou d’animation. Le film mexicain Borderland s’adresse aux amateurs de films violents et d’émotions fortes. Un groupe de jeunes se trouve aux prises avec la Santeria, une organisation criminelle de trafiquants de drogues qui forment un culte satanique. Inutile de mentionner qu’un otage revient rarement vivant d’un séjour en ces lieux. Un des acteurs du film Cabin Fever tient un rôle dans ce film.

Lundi le film Retribution réjouira les fans des films Ringu et Ju-On. Un détective fatigué et quelque peu amnésique enquête sur une série de meurtres en se demandant s’il ne les a pas lui-même commis. Le fantôme d’une femme drapée de rouge lui rend parfois visite et permet à son enquête d’avancer. Le film français Pars Vite et Reviens Tard a été désigné film de clôture officiel du festival. Dans ce film l’Europe est menacée par le retour en force de la peste noire qui se propage à une vitesse folle en infectant non seulement les humains mais aussi les rats. Comme à l’époque, les portes des personnes atteintes sont marquées d’une croix et on tente de trouver un remède avant qu’il ne soit trop tard.

Une journée supplémentaire a été ajoutée à l’horaire afin de donner aux cinéphiles une chance supplémentaire de se gaver de cinéma. Le premier film à l’affiche à 17h15 dans la salle Hall est Zero City. La projection de ce film était prévue plus tôt mais le film ayant été retenu aux douanes, elle a dû être remise à plus tard. Le film 13 Beloved sera ensuite projeté dans la même salle à 19h30. Les billets pour ce film se sont vendus très rapidement alors Fantasia a décidé de le présenter à nouveau.

Voilà tout pour cette troisième semaine de Fantasia. Revenez-nous la semaine prochaine pour un retour sur la semaine et sur l’ensemble de la programmation 2007.

Bon cinéma !!!

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0