[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

FANTASIA UBISOFT

TROISIÈME TRI

mercredi 21 juillet 2004, par François Legault

En premier lieu soulignons l’événement Komikstock qui le week-end dernier a connu un succès sans précédents. Presque tous les films ont eu droits à une salle comblée. L’excellent Immortel dont les billets se sont vendus en moins de trois heures a conquit l’audience et satisfait autant les fans de la trilogie Nikopol que ceux qui découvraient Enki Bilal. Les nombreuses personnes qui ont manqué le film se réjouiront d’apprendre que Remstar a décidé suite à la vente rapide des billets de distribuer le film au Canada avant la fin de l’année. Le film Dead Leaves était à la hauteur de la bande annonce qu’on pouvait voir sur le site. Action, violence, sexe et meurtres sans arrêts déferlaient à une cadence insoutenable. Plusieurs ont été déçus par Arzak Rhapsody. On s’attendait à un film alors qu’il s’agissait de plusieurs courts épisodes tous précédés de la même musique d’ouverture et suivis du même générique. Certains ont quitté la salle avant la fin du visionnement mais ceux qui connaissent bien Moebius n’ont soufflé mot. Fidèle à la bande dessinée, l’absurde série dessinée et animée par l’auteur livrait la marchandise pour ceux qui savaient à quoi s’attendre. Blueberry, autre adaptation de l’œuvre de Moebius a surpassé toute attente. Vincent Cassel était l’acteur par excellence pour incarner le maréchal de cette aventure où la photographie et les effets spéciaux surprenaient plus encore que le budget phénoménal consacré à cette production française. En ce qui me concerne, le film le plus intéressant de l’événement Komikstock fut Corto Maltese. La richesse de l’image mariée à la poésie des textes conférait à ce dernier une saveur des plus rafraîchissante. Les dialogues du film, sarcastiques mais francs ont fait rire et sourire l’audience à maintes reprises. Mortadelo et Filemon était la comédie par excellence du festival. Les inventions incohérentes et les idées pour le moins inusitées du duo ont fait crouler de rire une audience enthousiaste du début à la fin. Dommage que la salle était à moitié vide. Le film présentait beaucoup d’aspects propres aux films de Jean-Pierre Jeunet. Les mêmes textures et couleurs, les mêmes acteurs aussi que dans les films de ce dernier. Peut-être que si le synopsis du film aurait mentionné ce détail plus de gens auraient assisté à la projection. Hôpital Brut et Comic Cartoons constituaient l’envers de la médaille à l’événement Komikstock. Dénué d’histoire voire même d’intérêt Hôpital brut présentait un amalgame de séquences où on voyait différents collages de papier mâché et boîtes de cartons représentant des déficients mentaux se frapper la tête sur les murs dans un charabia de monologues incompréhensibles une bonne heure durant. Comic Cartoons présentait des courts-métrages dont certains étaient déjà présentés avant d’autres films et dont l’humour douteux n’a pas fait rire grand monde. Le week-end fût néanmoins un franc succès dont il faut espérer des suites dans les années à venir.

Ceux qui étaient présents le lundi 19 juillet ont eu droit à toute une soirée. Le film Killing Words est un thriller psychologique où un homme joue à faire peur à son ex-femme et à la torturer mentalement. Centré sur le dialogue et l’impressionnant jeu d’acteurs, ce film rappelle Le Projet d’Alexandra. Tant ce dernier fût un lamentable échec tant celui-ci surprend par sa candeur et son originalité. Rares sont les films où seul le dialogue mène le bal et dans lequel on n’a pas à regarder sa montre toutes les dix minutes. Mes attentes étaient énormes face à Bottled Fool et je suis loin d’être déçu. Paranoïaques s’abstenir. Claustrophobes, à éviter à moins d’aimer avoir peur. Ce délire progressif nous entraîne au travers de différents états d’âmes et intrigues qui plutôt que de se résoudre se compliquent. La situation dégénère jusqu’à l’apothéose, finale pas piquée des vers qui nous cloue à notre siège. Ce jeune réalisateur prometteur a aussi fait part à l’audience d’un court-métrage impressionnant réalisé quelques années avant la pièce maîtresse.

The Card Player, nouvel effort de Dario Argento ressemblait en tout point à un film typique américain. On imaginait facilement Sandra Bullock à la place de l’actrice principale. Le jeu plus ou moins crédible des acteurs et les clichés qui abondaient ont fait rire l’audience à plusieurs reprises. Le film était toutefois rafraîchissant et valait le détour pour la scène où le coroner chante et danse dans la morgue.

Kim Bodnia était sur place pour présenter son film The Good Cop. Une fois de plus cette année le film fût un triomphe où le public éprouve un malin plaisir autant à voir ce dernier se mettre dans l’embarras qu’à tenter de s’en sortir. La période de questions qui suivait la projection était plus intéressante encore que cette dernière. Possiblement le meilleur entretien cette année au festival.

The Uninvited est un casse-tête chinois…Ou plutôt devrais-je dire coréen. L’intrigue est tellement complexe qu’à la sortie du film chacun semblait avoir sa propre conception du dénouement. Si j’achète un film suite au festival c est sûrement sur celui-ci que mon choix s’arrêtera. Ceux qui ont aimé le film Evil Dead Trap Two retrouveront le même style de présentation et de mystère.

Une nouvelle semaine débute ce jeudi avec entre autres le film américain Shallow Ground, film à présenter à vos enfants s’ils veulent devenir boucher afin de les en dissuader. Shaun of the Dead sera présenté ce vendredi pour les amateurs de zombies et Last Horror Movie, biographie en temps réel d’un tueur en série. Rojo Sangre pour sa part met en vedette l’icône de l’horreur Paul Naschy qui fait le ménage dans l’industrie du cinéma-bonbon à l’aide de son couteau et son fusil. Le festival présente d’ailleurs ce samedi soir deux des films qui ont marqué sa carrière.

Présenté d’abord au week-end Komikstock, le film d’animation Paranoia Agent sera diffusé ce dimanche, collaboration de Satoshi Kon (Perfect Blue, Millenium Actress) et Seishi Minakami (Boogiepop Phantom). Autre collaboration animée, Angel’s Egg dirigé par Momoru Oshii (Ghost in the Shell) et dessinnée par nul autre que Yoshitaka Amano (Vampire Hunter D, Final Fantasy).

Nothing est réalisé par le même qui il y a quelques années nous a pondu le désormais célèbre Cube. Espérons un film du même calibre.

Les films Omen, Tale of Two Sisters et One Missed Call représenteront le volet horreur, fantômes et suspense pour cette semaine. Omen est le second film impliquant les frères Pang cette année après The Tesseract. Une histoire de fantômes impliquant trois générations qui au départ ne semblent avoir rien en commun. Tale of Two Sisters semble plutôt étrange. La bande-annonce qui ne révèle pas grand-chose et la trame sonore signée Tatu nous laissent présager un film bizarre. One Missed Call dont la plupart des représentations sont complète depuis le début du festival est un film signé Takashi Miike, synonyme d’excellence pour la plupart des festivaliers. Une représentation supplémentaire a été ajoutée le 22 juillet à 17 :30 au hall Concordia. Haute Tension jouera d’ailleurs à nouveau le 24 juillet à 19 :30 dans la salle J.A. De Sève. Si vous ne l’avez pas vu ne manquez pas cette opportunité de vous reprendre.

Le film vietnamien Oan Hôn aussi connu sous le nom de Spirits sera à l’affiche mercredi le 28 juillet seulement. Ce film de deux heures divisé en trois parties est une merveille. La poésie et la beauté qui en émane nous donne bon espoir de voir émerger d’autres films vietnamiens dans les années à venir. Cette unique projection est un rendez-vous à ne pas manquer.

Pour ceux et celles qui aiment les films d’actions coréens tels que Shiri et So Close le film 2009 Lost Memories constitue un des rares films d’actions cette année. Située dans un futur proche et probable l’action se déroule dans une exposition où un groupe armé décide de voler un objet précieux représentant la fragile paix instaurée entre deux peuples au sein d’une même nation.

Enfin, si vous aimez la romance et les loups-garous ne manquez pas Romasanta. Présenté une seule fois mardi le 27 ce film semble traiter le cas des lycanthropes de la même façon que Interview With the Vampire présentait les Vampires, c’est-à-dire avec une âme.

Small Gauge Trauma est de retour cette année encore, collection de courts-métrages diaboliques et films noirs choisis et compilés par l’équipe de Fantasia Ubisoft. Chaque année cet événement est incontournable. DJ XL5, pseudonyme de Marc Lamothe père créateur de Fantasia, présentera ses choix de courts-métrages vendredi le 24. Un avant goût de ce pot-pourri nous a été servi avant les films de la deuxième semaine. On y verra entre autres The Exorcist & The Shining in 30 Seconds Interpreted By Bunnies ainsi qu’un hommage à Happy Tree Friends.

L’équipe de Fantasia Ubisoft a décidé de poursuivre le festival en rajoutant une journée au festival soit le lundi 2 août. Les courts-métrages québécois maintenant complets seront rediffusés vers 5 heures. Dark Water, dernière création du réalisateur du légendaire Ring prendra l’affiche à 7 heures suivie à 9 heures du film de vampires Eternal. La représentation du film Porco Rosso du 31 juillet est remplacée par une troisième représentation de Cutie Honey. Les billets du 31 seront honorés le 1er août ou, espérons le, échangeables ou remboursables.

Ceci résume la programmation de la troisième semaine, du moins les films qui me tiennent à cœur. Si vous avez des commentaires, des suggestions ou si je semble avoir oublié quelque chose n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

BON CINÉMA À TOUS !!!!

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0