[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Cinéma & DVD > Fantasia 2004 > FANTASIA UBISOFT : DERNIER QUART

FANTASIA UBISOFT : DERNIER QUART

vendredi 30 juillet 2004, par François Legault

Ceux et celles qui étaient présents à la projection du film Shallow Ground en ont eu pour leur argent. Le film américain présentait plusieurs clichés tout en conservant l’attention du public par ses effets spéciaux bien réalisés et son débit bien calculé. Si j’affirme que le public en a eu pour son argent c’est qu’au moment où le réalisateur répondait aux questions du public il a eu droit à des questions plutôt embarrassantes qui lui donnaient du fil à retordre. Par exemple, quelqu’un lui a demandé si il avait prévu les rires du public aux moments plus ou moins drôles où ce dernier se moquait plutôt des clichés en question. Un ami m’a fait remarqué que lors d’une scène où un policier visite une dame qui collectionne des cadavres en putréfaction le réalisateur a pensé à faire écraser des mouches par l’actrice mais le policier ne semble percevoir aucune odeur alors que les corps y sont depuis des mois voire des années.

Ce même ami a assisté à la projection de Rojo Sangre, récent film de Paul « loup-garou » Naschy dans lequel celui-ci, suite à un pacte avec le diable, se débarasse avec brio de plusieurs acteurs, actrices et travailleurs du cinéma-bonbon trop souvent tentés par l’appât du gain plutôt que par la réalisation de chefs d’œuvres.

La soirée DJ XL5, couronnée de succès, présentait plusieurs courts-métrages humoristiques tels que The Exorcist in 30 Seconds Interpreted by Bunnies. Une salle comble en plein délire a su faire de cet événement la meilleure projection de courts-métrages jusqu’à présent dévoilée cette année. Small Gauge Trauma pour sa part n’était pas à la hauteur des années précédentes. La moitié des courts étaient d’un ennui mortel quoique certains tels que Little Things et l’excellent I’ll See You in my Dreams nous rappelaient les divines cuvées des années passées.

La projection de Paranoia Agent fût un régal pour ceux qui connaissent la série BoogiePop Phantom. Les trois premiers épisodes donnent envie de voir le reste de la série. Le synopsis aurait dû spécifier qu’il s’agissait des premiers épisodes car la plupart des gens s’attendaient à un film complet.

La comédie Nothing, réalisée par la même équipe que Cube, n’avait rien à voir avec ce dernier à l’exception de l’originalité du script. Du jamais vu ! L’audience riait du début à la fin. Si par chance vous tombez éventuellement sur ce film dans un club vidéo n’hésitez pas deux secondes. Ce film est plus drôle encore que les premiers films de Jim Carrey.

A Tale of Two Sisters a littéralement séduit le public qui tentait tant bien que mal de comprendre ce qui se passait réellement au sein de cette famille étrange. Les indices envoyaient constamment l’auditeur dans des directions contradictoires si bien qu’il en sortait abasourdi. Certaines scènes étaient si stressantes que plusieurs criaient en même temps pour ensuite éclater de rire. Le film ressemblait un peu à The Uninvited quoiqu’il était plus divertissant et demandait un peu moins d’efforts à suivre.

Les frères Pang ont surpassé nos attentes d’abord il y a quelques semaines avec The Tesseract et plus récemment avec Omen. Ils n’ont pas réalisé Omen mais y ont suffisamment participé pour qu’on reconnaisse un style qui est désormais le leur. L’histoire des trois duos principaux était fort bien pensée et le film a pris une tournure inattendue lors de la finale fort impressionnante.

2009 : Lost Memories confirme ce qu’on croyait des coréens depuis Code Name:Shiri et So close : Ils constituent l’espoir du cinéma côté film d’action. Il y a longtemps que les américains n’ont rien produit de plausible dans cette sphère donc force leur est d’admettre que la Corée réussit là où d’autres échouent. 2009 est autant plausible par son côté politique qu’improbable pour son étrange côté science-fiction. Il emprunte aux américains l’aspect tragique où sous une pluie de balle l’action semble suspendue à chaque fois qu’un ami de l’acteur principal perd la vie. Le film est néanmoins un divertissement qui en vaut la peine.

Le film Turc Okul est un film d’horreur ou plutôt devrais-je dire de peur semblable à Scream où le peu d’action se déroule dans une école hantée par l’esprit d’un élève suicidé qui sévit un an plus tard. L’histoire est banale et le scénario pauvre. Du déjà vu aux Etats-Unis dans les années 80 même 70.

Romasanta raconte l’histoire d’un loup-garou d’une façon romancée un peu comme le faisait Interview with the Vampire pour les vampires. On perçoit presque tout le temps les lycanthropes comme des monstres sanguinaires alors que les romans les décrivent comme des êtres sensibles souvent incapables de s’accepter et de vivre leur dualité. Merveille de photographie, ce film nous porte dans un univers nouveau où l’aspect humain des loups-garous est à l’honneur.

Oan Hôn se visualise comme on lit un recueil de nouvelles. La poésie joue un rôle majeur dans le film où trois histoires s’enchevêtrent pour nous présenter un écrivain qui joue à la fois le rôle du sauveur et du tortionnaire. Tourmenté, ce dernier s’avère victime de sa poésie. Un film de fantômes comme on n’en voit pas souvent réalisé au Viet-Nam.

Pour les quelques jours qui restent au festival l’équipe de Fantasia Ubisoft nous invite à visionner les plus récents carnages de Godzilla. Ce jeudi au Hall Concordia venez assister aux combats singuliers de ce lézard géant, icône inévitable du festival.

Les fans de Takashi Miike pourront s’offrir un programme double ce vendredi en assistant à One Missed Call dans la salle J.A. De Sève pour ensuite traverser en face pour l’unique projection de Deadly Outlaw Rekka. On peut s’attendre à tout de la part de Takashi Miike dont la filmographie compte presque plus de films que la totalité des projections du festival cette année. La qualité est d’ailleurs toujours au rendez-vous dans les films de ce réalisateur.

Je recommande Angel’s Egg à ceux qui ont aimé Vampire Hunter D. Basé sur les toiles et dessins de Yoshitaka Amano, ce film absurde où l’histoire invraisemblable tourne autour d’une jeune fille et son œuf est réalisé par le même qui nous a servi Ghost in the Shell. Ce film s’observe comme on admire une toile, pour la beauté de cette dernière et pour l’interprétation personnelle qu’on y concède.

Haute Tension est de retour à l’affiche ce samedi à 19:30 dans la salle J.A. De Sève. Le film quia fait un malheur la première semaine du festival est rediffusé pour donner une chance de le voir aux gens qui l’auraient manqué.

Jail Breakers est le troisième film de Sang-Jin Kim à être présenté au festival après Kick the Moon et l’incontournable Attack the Gas Station. Les comédies burlesques du réalisateur attirent toujours une foule qui sort comblée de ses films.

Cette année encore le festival récidive avec la présentation de courts métrages québécois dans le câdre d’un concours qui permettra à quelques cinéastes de talents de poursuivre une carrière prometteuse. Si on se fie aux films de l’année dernière on peut s’attendre à toute une séance.

Into the mirror est un des derniers films d’horreur asiatique à être présenté. C’est un rendez-vous étant donné qu’on est rarement décu par ce genre de film.

Riding the Bullet est l’adaptation à l’écran d’une nouvelle de Stephen King réalisée par le même qui nous a fait connaître The Stand.

Enfin, les trois films de clôture promettent de nous en mettre plein la vue. Suspect Zero met en vedette Carie-Anne Moss aux prises avec un tueur télépathique. Dark Water est un film d’horreur réalisé par le même qui nous a offert les deux premiers Ringu. Je n’ai pas lu le synopsis pour me garder la surprise. Je vous conseille d’y aller aussi les yeux fermés, du moins jusqu’à la projection. Eternal pour sa part présente Elizabeth Bathory, reconnue pour s’être baignée dans le sang de 650 jeunes filles afin de garder sa jeunesse éternelle. Ce film de vampires met en vedette Caroline Néron et est tourné à Montréal et à Venise.

Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un résumé du festival et quelques surprises. D’ici là bon cinéma et n’oubliez pas de voter pour vos films préférés.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0