[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Cinéma & DVD > DVD > LAST SHOP STANDING

The rise, fall and rebirth of the independent record shop

LAST SHOP STANDING

MVD Visual/ Convexe / Blue Hippo Media

jeudi 2 mai 2013, par Jeff Bugz

(3/5) Les deux dernières décennies on décimé des milliers de disquaires indépendants en Grande Bretagne, passant de près de 3000 boutiques à moins de 300. Les années 70 et 80 on été tellement bonnes pour cette industrie que jamais on aurait cru que la plupart d’entre elles fermeraient plus tard. Changement drastique de la méthode de consommation, passage du CD qui en a tué plusieurs, suivi du téléchargement illégal qui, qu’on le veuille ou non, s’acharne sur cette industrie. Il y a aussi que plusieurs n’ont pas su s’adapter aux nouvelles réalités.

C’est sur près de deux heures au total que vous pourrez entendre des propriétaires de boutiques, des artistes et des gens de l’industrie parler du phénomène des survivants et du retour du format vinyle dans ces magasins. On passe de théorie en opinion, tout en égratignant les nouvelles technologies. On parle ici d’un format, de l’art visuel qui accompagne la chaleur de la qualité du produit en vinyle, on parle ici d’un format qui possède une longue durée de vie si on s’en sert correctement, un format qui a traversé les époques. On évoque aussi plus souvent qu’autrement le fameux Record Store Day, où plusieurs artistes et surtout compagnies de disques (majeures en majorité) vous offrent des items limités, de collections pour la durée d’un moment, une journée ou une courte période. D’ailleurs ce documentaire est l’une des sortie DVD du Record Store Day, une journée où le disquaire indépendant se fête, chacun à sa façon, avec des spéciaux, des concerts ou simplement beaucoup de nouveautés et de sorties limités cette journée.

En gros, le documentaire est certes passionnant, mais la majorité des propriétaires rencontrés sont vieillissant, 60, 70 et plus. C’est une génération qui n’a pas nécessairement le même point de vue que les gens dans la 20aines, 30aines. Mis à part Sister Ray ou Rough Trade ou les gérants sont d’un âge pouvant mieux comprendre les générations d’aujourd’hui. Donc ce documentaire mérite d’être vu, mais une location suffira, l’achat de ce documentaire serait un peu exagéré. Vous pourrez y voir et entendre les commentaires de Johnny Marr, Billy Bragg et Richard Hawley également, pour ne nommer que ceux-ci. Dans le genre, je vous recommanderai davantage I Need That Record, paru en 2008.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0