[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Le Film

LE CAS ROBERGE

(Alliance Vivafilm)

samedi 23 août 2008, par Jean-François Rioux

(3.5/5) Connaissez-vous Roberge ? Benoît Roberge est la vedette de capsules sur Internet que l’on trouve au www.lecasroberge.com, une série de sketches humoristiques remplis d’ironie, de sarcasme, d’absurdité ainsi que de critique sociale. Le héro du plateau s’offre dans un style télé réalité sans prétention depuis plus d’un an à la grande joie des internautes.

Ce concept est maintenant offert à titre de long métrage de fort petit budget. Les critiques s’en prennent énormément au mauvais jeu des acteurs. Par contre, ses détracteurs avaient déjà vu les personnages dans les capsules Internet. À quoi s’attendre de plus ? Le film n’apporte rien de nouveau : des histoires d’amourettes, de questionnement, et surtout, de la vie urbaine.

Sébastien Benoît, qui semble jouer son propre rôle avec une touche d’autodérision, m’a presque conquis par son jeu juste. Il joue un rôle qu’il connaît très bien lui-même : le jeune animateur starlette pour matantes et petites filles. Jean-Michel Dufaux, largement moins bon acteur, joue également avec l’autodérision, puisque son personnage dans le film est un ancien animateur tassé par la télé (ce qu’il est). Benoît Roberge, vraiment pas un acteur, mais plutôt un scripteur pour les galas de Loft Story, joue le rôle de n’importe qui, mais avec une angoisse et des questions existentielles qui ne font que le tourmenter. Le pessimiste personnage arrive quand même à nous embarquer dans son aventure qui nous fait sourire à plusieurs endroits. Ceux qui côtoient quelqu’un dans les médias ou qui ont un pied dans le métier peuvent même sourire davantage, puisque parfois, on y retrouve des scènes pas très loin de la réalité.

Roberge veut devenir une star pour avoir toutes les filles à son cou, il rêve de gloire facile. Ce que son ex nous apprend rapidement en début de film : « tu cherches la plus grande reconnaissance avec le minimum d’effort… ». Le jeune homme change de travail comme de copine et a besoin d’être entouré de ses amis. Il se cherche et embarque dans le premier projet que lui offre son copain Stéphane (Stéphane E. Roy), un animateur télé lassé dans une émission pour enfants. L’aventure prend son cours lors d’un voyage à Rouyn-Noranda où Roberge et Stéphane tenteront d’écrire un scénario de film. Les quelques 98 minutes passent rapidement, un beau travail du réalisateur Raphaël Malo. Plusieurs personnalités connues font des caméos tout au long du film : Yves P. Pelletier, Pierre Brassard, Jean-Thomas Jobin, Marie Plourde et quelques autres.

Ceux qui n’aiment pas Le Cas Roberge sont les mêmes qui n’aiment pas les capsules. Pourtant, je n’étais pas un grand amateur des celles-ci, et après l’écoute du film, je me suis senti curieux de voir tous les vidéos du site. Benoît Roberge pourrait être un personnage d’un livre de Stéphane Dompierre : il vit sur le Plateau, pense Plateau, légèrement snob et sans cesse le mot (de trop) de la fin. Surprenant film d’été à la Québec-Montréal, qui pourrait ouvrir les portes à d’autres petits films.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0