[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Bouquinerie > SIMARD, MATTHIEU

La tendresse attendra

SIMARD, MATTHIEU

Stanké

dimanche 3 juin 2012, par Laurence Lebel

(5/5) L’amour c’est beau, mais lorsqu’il disparait il peut laisser un trou béant à l’intérieur. Comment s’en sortir sans trop de difficulté ? Comment retrouver le bonheur sans néanmoins oublier ce qui s’est passé ? La mémoire peut être notre meilleur allié lorsqu’il est temps de graver de beaux souvenirs à notre mémoire, mais elle peut être notre pire ennemi lorsque l’amour prend ses pieds à son cou. Avec La tendresse attendra, Matthieu Simard a mis sur papier ce que plusieurs cœurs esseulés auraient envie de crier.

La tendresse attendra relate la post-séparation d’un jeune auteur dans la trentaine qui a peine à se relever après que son ex-copine l’ai laissé. Lui laissant tout, il doit se retrouver un nouveau logis, de nouveaux amis, bref se construire une nouvelle vie. Ayant dans l’idée que s’il change du tout au tout, c’est-à-dire en abandonnant sa carrière d’auteur, il pourra peut-être la reconquérir. C’est pourquoi il se tourne vers la plomberie et débute une nouvelle « carrière ». Bien vite, il se rendra compte que la compagnie pour laquelle il travaille n’est pas du tout ce qu’elle laisse prétendre. En parallèle, son seul et unique ami, Éric, tente en vain de lui remonter le moral et de le ramener à la vie.

Le premier mot qui me vient à l’esprit pour résumé La tendresse attendra est tout simplement : magnifique ! La plume de Simard est brillante, elle se laisse lire sans aucune difficulté. Il trouve le moyen de nous faire ressentir les émotions les plus sombres avec de simples mots. Rares sont les fois où je lis un livre et où la chair de poule se fait sentir à certains passages. Le roman est délicat, beau, touchant, émouvant, mais d’une noirceur effarante.

Ce qui séduit à la lecture du roman, c’est l’impersonnalité du personnage. Le protagoniste n’a pas de nom et on connait de lui que très peu de choses. Le roman évolue uniquement autour de lui et de sa difficulté à passer au travers de sa séparation. Ce qui nous permet de nous plonger en profondeur dans cette relation. Au fil des pages, on évolue avec le personnage et on encaisse avec lui les souvenirs les plus poignants et les moments les plus bouleversants. De plus, l’écriture au « je » nous permet de nous laisser nous emporter un peu et de nous mettre plus facilement à place du personnage.

Quant à l’ex-copine, sa présence se faire sentir durant tout le roman. Évidemment, le personnage principal nous parle souvent d’elle tout au long du livre. Toutefois ce qui est intéressant, c’est que Simard a voulu représenter l’ex-copine par l’utilisation du « tu ». Elle n’a donc ni prénom, ni âge connu, elle est complètement dépersonnalisée, comme le protagoniste. La transposition peut donc aussi se faire très facilement pour nous. De plus, lorsque le personnage semble s’adresser à son ex-copine, les phrases sont séparées des paragraphes ce qui nous permet de capter encore plus facilement l’émotion évoquée.

Finalement, La tendresse attendra va droit au cœur avec son dénouement qui nous laisse sans mots. Un roman à lire et à relire tout simplement pour la beauté des mots, des émotions décrites et pour les citations qu’on aimerait avoir écrites. Un roman parfait.

Matthieu Simard est né en 1974. Il est l’auteur des romans Échecs amoureux et autres niaiseries, Ça sent la coupe et de la série jeunesse Pavel. La Tendresse attendra est son cinquième roman.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0