[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Bouquinerie > SENÉCAL, PATRICK

Contre Dieu

SENÉCAL, PATRICK

Coups de tête

dimanche 13 mars 2011, par Éric Dumais

(4.5/5) « […] Et tout à coup tes jambes ne peuvent plus te supporter, tout à coup tu t’effondres, tu tombes, tu chutes, genoux au sol, et tes sanglots, et tes cris, et tes mains qui tirent tes cheveux, et de tout le laïus des policiers tu ne retiens que la fin […] »…

Une véritable décharge électrique vient de traverser l’imaginaire collectif québécois : le 2 novembre dernier, l’auteur à succès Patrick Senécal a lancé son nouveau chef-d’oeuvre, Contre Dieu, un roman fulgurant au sens propre du terme, paru aux éditions Coups de tête.

Contre Dieu est un livre unique en son genre, très court (128 pages), et présente un style narratif complètement hors norme, c’est-à-dire qu’il se dévore en une seule bouchée. En effet, le récit ne tient qu’en une seule phrase, s’étirant et s’allongeant pendant plus d’une centaine de pages, et se terminant même – coup de théâtre ! – sur une note ouverte ! La virgule, figure syntaxique couramment utilisée dans ce récit, permet au lecteur de prendre une légère inspiration entre chaque segment, au risque de périr à la suite de la lecture de ce mini-roman au suspense littéralement… décoiffant !

Ce nouveau souffle créatif de l’auteur de 5150, rue des Ormes et Sur le Seuil met en scène un homme complètement anéanti, qui vient de perdre tragiquement ses seules raisons de vivre. C’est dans une véritable chute aux enfers que le protagoniste, à la manière de Bruno Hamel dans Les sept jours du talion, se laissera sombrer sans grand espoir de remontée. Son esprit, totalement déréglé par la tristesse et l’angoisse le submergeant, le conduira tel un automate dans des situations exécrables et humiliantes qui l’empêcheront d’attraper à plusieurs moments la bouée de sauvetage, qui l’aurait peut-être, hélas !, secouru du désespoir. Le personnage, un peu malgré lui, deviendra cynique, méchant, révolté et usera d’une agressivité jusqu’alors jamais extériorisée. Patrick Senécal, avec des récits tels que Le Vide ou Hell.com, prouve encore une fois qu’il est passé maître du roman d’horreur, au sein desquels les protagonistes sont complètement dénaturés et au seuil d’une folie pure et dévastatrice.

En somme, Contre Dieu est fort probablement l’un des romans les plus troublants jamais parus à ce jour. Son format réduit, son style narratif hors de toutes conventions, qui ne dénote pas grands dialogues ainsi que son suspense hors pair font de ce roman d’horreur une œuvre maîtresse à tous les niveaux.

Patrick Senécal a vu le jour en 1967. Depuis ses débuts avec l’excellent roman 5150, rue des Ormes (1994), l’auteur québécois s’est créé un style unique en publiant au Québec des livres de fiction très noirs, notamment Sur le seuil (1998), Aliss (2000), Les Sept Jours du talion (2002), Oniria (2004) et Le Vide (2007). C’est à l’âge de 42 ans que Patrick Senécal décide d’entreprendre de nouveaux défis, en écrivant, d’une part, deux romans pour enfants, et en publiant, d’autre part, ce livre ultracourt mais toujours aussi percutant. En réalité, on ne nait pas génie, on le devient.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0