[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Bouquinerie > ROCHELEAU, CARL

L’Aquilon

ROCHELEAU, CARL

Les Six Brumes

dimanche 1er mai 2011, par Josée Paquet

(3.5/5) L’Aquilon est un avion de chasse français construit par la société SNCASE ; c’est aussi le dieu des vents septentrionaux, froids et violents dans la mythologie romaine ; encore, c’est le nom de l’immeuble faisant office de « personnage principal » du roman l’Aquilon, fiction écrite par Carl Rocheleau.

Fiction ? Pas tout à fait. Remémorez-vous la fameuse crise du verglas de 1998, et imaginez qu’elle dure depuis 8 ans ; les températures avoisinent maintenant les moins cinquante en permanence, les amputations dues au froid sont plus nombreuses que les pharyngites, les articles de consommation sont rares, quasi inaccessibles car leur prix relève du taux usurier ; les plus fortunés ont déménagé leurs pénates dans le Sud, alors que monsieur et madame tout le monde se les gèlent bien comme il faut, avec une température maximale de 8 degrés. Et cela, ce n’est pas à l’extérieur mais bien au centre commercial…

Dans l’immeuble nommé l’Aquilon, une petite fille autiste, Summer, est déterminée à connaître les gens qui habitent le même immeuble qu’elle. Chaque porte débouche sur un chapitre, où l’on partage, l’espace de quelques pages, la vie des locataires et où nous voyons de quelle façon ils abordent cet « hiver éternel ». Une journaliste australienne venue étudier ces « néo-hivernos-Québécois » ; un professeur qui enseigne la philosophie à des bonhommes de neige ; un jeune homme qui cherche à s’évader dans des paradis artificiels ; un chef cuisiner assez spécial ; et une locataire que personne n’a jamais vue. Summer voudrait bien que les gens n’aient plus froid…

Bien que ce nova soit très court (moins de 100 pages), chaque « chambre », ou chapitre, est en fait une petite nouvelle indépendante des autres, mais tout de même en symbiose avec ses consœurs, partageant le même thème : la froidure, comme diraient nos ancêtres. L’auteur réussit à nous donner des frissons (et non de peur), car les textes sont concis, brefs, et on sent presque le souffle glacial de cet hiver à chaque page. La morale de cette histoire : il faudrait cesser d’être individualistes et se serrer les coudes, car une tragédie comme celle-ci pourrait fort bien se produire en cette période de changements climatiques… un petit livre qui se lit d’une traite, avec un bon café très chaud et bien enroulé dans une couverture !

Né en 1984 et fondateur des Éditions Carl Rocheleau,iIl titulaire d’un baccalauréat en Études littéraires et culturelles à l’Université de Sherbrooke Carl Rocheleau enseigne aussi à la Commission Scolaire DesChênes ; il est auteur, éditeur, graphiste, photographe. L’Aquilon est en nomination pour un prix Aurora au Congrès Boréal, édition 2011

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0