[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Bouquinerie > MILCÉ, JEAN-EUPHÈLE

Les jardins naissent

MILCÉ, JEAN-EUPHÈLE

Coups de tête

dimanche 26 juin 2011, par Josée Paquet

(3.5/5) Le monde entier a été touché par le terrible séisme en Haïti, le 12 janvier 2010. L’aide humanitaire est venue des quatre coins du globe sous forme de vivres, de médicaments et de travailleurs humanitaire. Nous avons encore en tête les images de ce pays dévasté, tant sur le plan matériel qu’humain ; les immeubles se sont effondrés, les gens ont fait la queue durant des heures simplement pour aller aux toilettes. Mais qu’en est-il des habitants ? À quoi ressemble leur quotidien ?

L’auteur se glisse dans la peau de Marianne, travailleuse humanitaire pour la Croix-Rouge. Têtue, cette jeune femme se rie des règlements régissant son groupe et a une aversion profonde envers sa cheffe-infirmière, et préfère de loin errer dans les rues de Port-au-Prince, où elle rencontre Daniel, un homme recherché par les autorités. Elle tombe rapidement sous le charme de cet ancien immigrant illégal, expulsé du Canada et enfermé à Haïti jusqu’aux terribles événements du 12 janvier.

Marianne décide donc de faire fi des règles imposées par sa mission et suit Daniel dans des parties de la ville interdites aux travailleurs humanitaires. Elle découvre qu’avec ses acolytes, Daniel n’est pas un hors-la-loi ni un dangereux criminel : tout ce qu’il veut, c’est réaliser son ambitieux projet : se réapproprier des terrains vierges, où personne n’a encore construit, afin d’y créer des jardins de fruits et légumes que les habitants pourront eux-mêmes entretenir dans le but de subvenir à leurs besoins. Mais très vite, Daniel est accusé d’avoir kidnappé la jeune femme. Est-ce que cela mettra en péril la réalisation de ces jardins ?

Jean-Euphèle Milcé signe ici un premier titre chez Coups de tête. L’auteur de « L’alphabet des nuits » (2004), « Un archipel dans mon bain » (2006) et « L’envers des rives » (2007) dresse un portrait réaliste et poignant de la réalité haïtienne telle qu’elle est après le tremblement de terre. Un pays qui se reconstruit tranquillement, dont les habitants gardent malgré tout leur joie de vivre et leur culture. Le ton est rafraîchissant et poétique et, bien que la trame de fond soit sombre, une lueur d’espoir et une ténacité à toute épreuve habitent ce peuple ravagé par les aléas de la vie. Et comme dit un vieux proverbe : « Donne un poisson à un homme et il mangera aujourd’hui ; montre-lui à pêcher et il aura à manger chaque jour », tel semble être le message véhiculé par l’auteur. L’aide humanitaire, c’est très bien, mais si les habitants apprennent à subvenir à leurs besoins de façon autonome, c’est encore mieux !

Né en Haïti en 1969, Jean-Euphèle Milcé, fort d’une formation en linguistique appliquée de l’Université d’État d’Haïti, a été enseignant de littérature créole dans son pays et a dirigé la principale bibliothèque patrimoniale d’Haïti. Il s’établit en Suisse en 2000 et a collaboré à de nombreux projets. Il vit actuellement en Haïti et s’occupe de projets de mise en place d’infrastructures culturelles publiques.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0