[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Bouquinerie > MCDONALD, BRUNO

ROCK CONNEXIONS, le guide complet du rock’n’roll

MCDONALD, BRUNO

Hurtubise

dimanche 27 novembre 2011, par Nicolas Pelletier

"Ce livre s’adresse aux gens qui lisent les textes des pochettes de disques, pas les journaux à potins !" nous avertit-on dans le communiqué de presse. Pourtant, "Rock Connexions" est loin d’être un ouvrage ardu à lire : livré sous forme de capsules et de "bulles" d’informations judicieuses, visuellement très agréables et rédigées dans une langue simple, il a tout ce qu’il faut pour plaire à un public plus large, s’il est un tant soit peu curieux de "L’Histoire du Rock". De plus, ce n’est pas le livre le plus sérieux sur la question. Sa principale qualité est d’être facile à lire sans être simplet ni demeurer dans les généralités. Vrai, on évite les détails scabreux, mais il y a quand même pas mal d’« inside stories » entre artistes, plus souvent au niveau d’échanges créatifs et amicaux que sexuels ou scandaleux.

Ce n’est certainement pas le premier ouvrage à être publié sur le sujet. Plusieurs "guides définitifs" ont vu le jour, surtout en anglais et parfois traduits, comme c’est ici le cas. Aucun ne peut prétendre couvrir toute la matière de cette riche culture qu’est la musique populaire tellement le sujet est infini, tellement la musique est liée à la culture, à l’expression personnelle, à la psychologie. Le sous-titre de « guide complet » est donc un Saint Graal qui échappera toujours à son auteur.

Le défi que s’est donné Bruno McDonald, un critique musical anglais de renom, est d’illustrer les liens entre les différents artistes influents et/ou influencés. Des pages visuellement bien conçues identifient les précurseurs de certains genres, en prenant aussi l’angle de certains thèmes qui débordent du pur produit musical. On peut par exemple y suivre les artistes qui ont joué la carte « sex drugs and rock’n roll » avant d’autres. Plus légère est la charte des « Longs cheveux et gros succès ». On y dépasse ici les habituels clichés du type "The Black Crowes reprennent le modèle chanteur énergique jumelé à un solide guitariste comme le faisaient avant eux Aerosmith, eux-mêmes tributaires du modèle Jagger/Richards" qu’on a trop lus. C’est beaucoup plus recherché, même si on peut déplorer un manque d’explications sur ces graphiques. Par exemple, on y voit une ligne qui part de The Smiths pour rejoindre Elvis et Bowie, tout en croisant celles de producteurs tels Rick Rubin et Trevor Horn... On aimerait mieux comprendre les choix d’artistes et de recoupements. Où peut-on s’inscrire pour suivre le cours ? Ça donne le goût... mais pour le moment on reste un peu sur notre faim.

Là où McDonald innove c’est sur la place qu’il donne à l’histoire de certaines maisons de disques et salles de spectacles. On peut ainsi apprécier le parcours d’Atlantic Records et de son vénérable président Ahmet Ertegün ou comprendre la montée et la chute des populaires disques Casablanca, spécialistes du disco ou encore suivre la carrière de producteurs influents comme Phil Spector et Mutt Lange, qui a été bien plus que le mari de Shania Twain.

Un bouquin qui donne une place aussi importante à des artistes comme Joni Mitchell, R.E.M., les Ramones, Patti Smith qu’aux méga-stars que sont Madonna et Michael Jackson mérite le respect. Peu de livres « populaires » vont autant en profondeur et peu de livres « spécialisés » traitent la pop commerciale avec autant de sérieux, sans une once de dédain ce qui est souvent le cas dans les ouvrages destinés aux spécialistes de genres.

Autre point très fort, on y retrouve des centaines de photos pertinentes et souvent rares, la plupart signées par Mick Rock, important photographe rock s’il en est un. On y voit des artistes sous un jour nouveau, et ce, même chez certains qui ont été surexposés (les Madonna, Beatles et Led Zep de ce monde). Souvent, on est surpris de découvrir une photo jamais vue. La plupart des livres du genre se contentent des photos officielles ou des pochettes de disques les plus connus. Pas ici, on est gâté.

L’œuvre de Bruno McDonald se termine en donnant une place aux groupes importants d’aujourd’hui, de Radiohead à Dr. Dre, en passant par le festival Lollapalooza, ce qui nous laisse espérer une édition revue, dans une dizaine d’années. On espère y voir plus de styles différents, le hip hop, l’électro, le folk, pour ne nommer que ceux-là, ayant été plutôt survolés ici.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0