[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Bouquinerie > LEMAY, SYLVAIN ET ST-GEORGES, ANDRÉ

Pour en finir avec novembre

LEMAY, SYLVAIN ET ST-GEORGES, ANDRÉ

400 Coups

dimanche 16 janvier 2011, par Éric Dumais

(4.5/5) « Le Front de libération du Québec n’est pas le messie, ni un Robin des Bois des temps modernes, décidé à tout mettre en œuvre pour que le peuple du Québec prenne définitivement en main son destin. Le Front de libération du Québec veut l’indépendance totale des Québécois. Nous vivons dans une société d’esclaves terrorisés, terrorisés par les grands patrons, Steinberg, Clark, Bronfman… Il nous faut lutter, non plus un à un, mais en s’unissant jusqu’à la victoire. Vive le Québec libre ! Vive les camarades prisonniers politiques ! Vive la révolution québécoise ! Vive le Front de libération du Québec ! »

C’est ainsi que commence le premier roman graphique de l’écrivain Sylvain Lemay et de l’illustrateur André St-Georges. Pour en finir avec novembre est en réalité un récit à saveur politique, destiné à des lecteurs de tous âges, qui explore le destin de quatre jeunes Québécois bien décidés à former une cellule du FLQ qu’ils appelleront Montferrand. Ces derniers, étant un peu trop exaltés par les évènements d’octobre 1970, se lanceront corps et âme dans une action terroriste, une nuit tragique du mois de novembre. Qui aurait imaginé que des souvenirs de cette fameuse nuit ressurgiraient des limbes du passé ? C’est le décès d’un des membres du quatuor et l’apparition de lettres anonymes qui réuniront le collectif bien malgré lui. Que s’est-il passé lors de cette fameuse nuit du mois de novembre 1970 ? Qu’est-ce que Jean, Marc, Luc et Mathieu ont fait pour être incapables encore aujourd’hui d’oublier ce qui s’est passé ?

L’auteur Sylvain Lemay possède une plume concise qui lui a permis d’écrire un roman graphique fort efficace. Son écriture possède de bonnes similitudes avec l’écriture scénaristique, ce qui permet à l’écrivain de maintenir une dose adéquate de suspense tout au long de son récit. Les illustrations d’André St-Georges, pour leur part, apportent un support visuel qui permet de maintenir adroitement le suspense psychologique tout au long de l’histoire. À proprement parler, Pour en finir avec novembre est une réflexion pertinente sur les évènements d’octobre 1970, en particulier ceux de la région de l’Outaouais, jusqu’à ceux qui ont marqué les lendemains du second référendum sur la souveraineté du Québec. Pour en finir avec novembre est un magnifique clin d’œil adressé à tous ceux désirant mettre en lumière cet épisode sombre qui a marqué l’imagination collective de la société québécoise.

Sylvain Lemay enseigne la bande dessinée à l’École multidisciplinaire de l’image (ÉMI) de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), et ce, depuis l’année 1999. Il termine actuellement un doctorat portant sur la bande dessinée québécoise des années 1970. Sylvain Lemay a écrit plusieurs articles sur la bande dessinée autant au Québec qu’en France et il a aussi écrit une multitude de scénarios de bandes dessinées.

André St-Georges est diplômé de l’ÉMI du programme de bande dessinée depuis 2003. En 2005, il a publié son premier album, intitulé Le fond, aux Éditions Premières lignes. Il participe également à la réalisation de plusieurs recueils collectifs.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0