[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Bouquinerie > LALONDE, ROBERT

Le seul instant

LALONDE, ROBERT

Boréal

dimanche 8 mai 2011, par Josée Paquet

(4/5) « ACCALMIE VERS NEUF HEURES. Le ciel s’éteint lentement et s’allument les lucioles. Leur ballet luisant hante la nuit bleu foncé des épinettes, qui se découpent contre le ciel d’un tendre gris vaporeux. Je tente de suivre le scintillement intermittent d’une seule mouche à feu. C’est un martyre, l’œil ne peut s’empêcher de cligner, aussitôt attrapé par une autre luminescence et une autre encore, jusqu’à ce qu’il s’embrase de mille étincelles grouillantes. C’est un feu d’artifices, une luxuriante pluie de perséides, un tourbillon de flammèches. »

Nous n’avons que rarement l’occasion de découvrir l’univers personnel d’un auteur ; Robert Lalonde nous en donne l’occasion avec son 21e roman, paru récemment chez Boréal. Nous partageons, l’espace d’un été, le quotidien de l’auteur alors en pleine période de rédaction. Vous tomberez sous le charme de la magnifique prose de monsieur Lalonde, qui, depuis des années, a su s’approprier à merveille ces instants de solitude, que la plupart d’entre nous voyons avec une pointe d’angoisse. Le silence fait peur, mais pour l’auteur, il constitue une véritable fontaine de Jouvence.

C’est doux, intime, et un peu comme si nous ouvrions le cahier de notes de l’écrivain. Ses réflexions, personnelles et empruntées à Rimbauld, Wilde, Rousseau, Proust et cie ajoutent une touche charmante et nous invitent à la réflexion, tout comme les aquarelles peintes de la même main qui tient la plume. Encore une fois, monsieur Lalonde nous démontre à quel point il maîtrise son art ; pour peu, nous entendrions le crayon crisser sur le papier tellement nous avons l’impression de partager le tête-à-tête de l’auteur avec lui-même. Un récit qui nous donne envie de louer un chalet en Estrie afin de pouvoir, nous aussi, entrer en communion avec la nature, à l’instar de monsieur Lalonde.

En partie Métis, Robert Lalonde est né à Oka en 1947. Bachelier ès Arts au Séminaire de Sainte-Thérèse, il passa trois années au Conservatoire d’art dramatique de Montréal. En 1970, il reçut le premier prix d’interprétation ainsi qu’une bourse d’un an en Europe et aux États-Unis. Surtout connu comme acteur et écrivain, il enseigne également l’art dramatique. Le Seul Instant fait écho aux carnets d’Iothéka (Boréal), paru en 2004.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0