[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Bouquinerie > HAMELIN, LOUIS

La constellation du lynx

HAMELIN, LOUIS

Boréal

dimanche 30 janvier 2011, par Éric Dumais

(2/5) Le dernier ouvrage du romancier Louis Hamelin, La constellation du lynx, est définitivement un des projets les plus ambitieux de la littérature québécoise moderne. Ce roman colossal, qui se trouve à mi-chemin entre la fiction et le drame historique, tente de rassembler les éléments disparates déjà connus par le peuple québécois de ceux un peu plus dissimulés dans l’ombre et qui entourent, de surcroît, les événements de la célèbre Crise d’octobre de 1970. Ce huitième roman vient certes réitérer le talent incontestable de l’auteur à réinventer une histoire, en l’occurrence celle du terrorisme au Québec, mais il présente cependant quelques petits bémols qui peuvent rendre sa lecture plutôt ardue et déplaisante.

C’est au mois d’octobre 1970, à Montréal, qu’un diplomate britannique, nommé Marcel Duquet, est kidnappé par une cellule terroriste. C’est ensuite au tour de Paul Lavoie, le ministre du Travail, d’être enlevé et tué. Que se passe-t-il ensuite ? Un marathon d’événements qui défilent à la vitesse de la lumière et avec lesquels Louis Hamelin jongle afin de nous offrir le portrait le plus saisissant et réel possible de la Crise d’octobre au Québec :

« […] Le décès du ministre du Travail, Paul Lavoie, aux mains de ses ravisseurs du Front de libération du Québec, cristallisait le sens même de la crise d’Octobre. Cette mort sanguinolente avait opéré à elle seule un spectaculaire retournement de l’opinion publique […]. Après cet acte de pure barbarie, la population du Québec, révulsée, avait viré bout pour bout et accueilli les soldats comme un mal nécessaire. »

La plume de Louis Hamelin est définitivement un véritable enchantement pour le regard. Fluide, souple et bien dégourdie, son écriture possède tous les atouts possibles pour décrire avec précision des scènes parfois difficiles à imaginer. Cependant, étant donné la multitude de personnages qui parsèment le récit (comptez ici environ 40 noms à retenir), il est évident que le lecteur doit posséder une mémoire quasi phénoménale. Ce huitième roman de Louis Hamelin est probablement son plus ardu, le plus ambitieux, certes, mais malencontreusement le moins envoûtant. Son univers est très tortueux, les événements déambulent promptement, presque sans crier gare, et c’est définitivement un style qui ne plaira pas à tous.

Louis Hamelin est un romancier qui a écrit huit romans à ce jour. Il est entre autres l’auteur de La Rage (1989), à la suite duquel il a remporté le Prix du Gouverneur général, Cowboy (1991), Betsi Larousse (1994), Le soleil des gouffres (1996) et Le joueur de flûte (2001). Il a également écrit un recueil de nouvelles, intitulé Sauvages (2006). Présentement, Louis Hamelin occupe un poste en tant que chroniqueur littéraire pour le quotidien Le Devoir.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0