[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Bouquinerie > BEAULIEU, VICTOR-LÉVY

Monsieur de Voltaire

BEAULIEU, VICTOR-LÉVY

Boréal

dimanche 23 janvier 2011, par Josée Paquet

(4/5) « Voilà pourquoi la royauté est de droit divin : Dieu ne s’explique pas, il explique. Dieu ne subit pas, il sévit. Dieu ne réagit pas, il régit. L’un dans l’autre, ça fait une belle jambe à n’importe quel peuple, même celui dit des Lumières. Je ne trouve aucun intérêt à farfouiller là-dedans. »

Et pourtant, Victor-Lévy Beaulieu l’a farfouillé, ce siècle des Lumières, du moins en ce qui a trait à François-Marie Arouet, Voltaire pour les intimes. Un plongeon au cœur de la vie de ce prolifique auteur du 18e siècle, qui n’est non pas circonscrit à ses seuls ouvrages, mais aussi à ses déclarations incendiaires et acerbes sur ses homologues, à ses innombrables conversations épistolaires, à ses pièces de théâtre, à ses mœurs disons assez libertines avec sa nièce et Frédéric II de Prusse, ses séjours à la Bastille, etc. Une vie bien remplie, que celle de Voltaire ! Il nous en est fait ici une image pas toujours très flatteuse de cet écrivain d’avant la Révolution, un personnage qui abhorrait le « petit peuple », qui ne pensait qu’à s’enrichir au détriment des moins bien nantis. Au fil des pages, nous le découvrons (ou le redécouvrons) avec les yeux de Victor-Lévy Beaulieu, par l’usage d’un ton tantôt humoristique, tantôt critique, mais jamais ennuyant. L’analyse faite ici de Voltaire et de son œuvre sort des sentiers battus et nous la rend plus accessible et plus humaine que celles qu’on retrouve dans nos stériles livres d’histoire.

La particularité de cet essai réside dans le fait qu’entrecoupé entre les intrigues de Voltaire, l’auteur relate son passage dans un centre de désintoxication, au cours duquel il se plonge dans les ouvrages écrits par monsieur Arouet ou les différents auteurs qui l’ont analysé, malmené ou encensé. Voltaire a été le compagnon de Beaulieu pendant cette période sombre de sa vie, et il est facile de faire un parallèle entre certains aspects de la vie de ces deux auteurs tourmentés que plus de deux cents ans séparent : on sent, à plusieurs occasions, leur aigreur par rapport à leur société respective, mais nous sommes aussi à même de constater qu’ils partagent la même passion pour l’art de la plume.

Pour les lecteurs voulant s’initier à l’œuvre de cet écrivain des Lumières, ce livre est tout indiqué, car il faut connaître un tant soit peu Voltaire afin de saisir toute l’ironie et les allusions à peine voilées de ses œuvres, et d’être à même d’apprécier à sa juste valeur cet écrivain intrigant, excessif, provocateur mais toujours captivant. Chapeau à monsieur Beaulieu de nous avoir permis de mieux comprendre cet énigmatique personnage, même si parfois Voltaire mériterait une paire de claques pour ses propos et ses agissements envers ses pairs.

Journaliste, dramaturge et écrivain prolifique lauréat de nombreux prix dont le Prix du Gouverneur général en 1974 pour Don Quichotte de la démanche et deux Prix Gémeaux pour Montréal P.Q., Victor-Lévy Beaulieu s’est construit, avec les années, une réputation d’auteur qui n’hésite pas à ruer dans les brancards et à prendre position dans les débats de société. Un auteur comme il ne s’en fait plus beaucoup de nos jours.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0