[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Bouquinerie > BARCELO, FRANÇOIS

J’haïs le hockey

BARCELO, FRANÇOIS

Coups de tête

dimanche 17 juillet 2011, par Éric Dumais

(4.5/5) « J’ai trente-neuf ans, je suis en instance de divorce, père d’un fils de quatorze ans avec lequel je suis incapable de communiquer. J’ai pourtant un bac en communication, qui ne m’a servi à rien parce que je suis arrivé dans le marché du travail après les dizaines de milliers d’autres diplômés en communication qui avaient déjà pris tous les emplois intéressants. […] J’ai épousé la première fille qui a dit oui. Et me voilà en instance de divorce et chômeur, incapable de me trouver du travail. »

Antoine Vachon, probablement le plus grand haïsseur de hockey sur Terre, habite Saint-Camille-de-Holstein, un village situé à douze kilomètres de Saint-Zéphyrin. Un jour, Denis Beauchemin, le président de l’Association sportive du comté, l’appelle chez lui pour lui signifier qu’il est le seul père de famille étant en mesure de remplacer l’entraîneur de son fils Jonathan, mort subitement la nuit dernière. Contraint par la force des choses d’accepter ladite proposition, il devient « coach » d’un jour pour une équipe dont il ignore même le nom. Cependant, une pensée ne cesse de titiller l’esprit à vif d’Antoine : qu’a-t-il bien pu arriver à l’entraîneur Don Moisan ? Qui l’a tué ? Son fils Jonathan ? Son amie Kim Nguyen ? Son ex-femme, Colombe ? Une chose est pourtant sûre : quelqu’un dans son entourage immédiat cache un secret sordide qui devra sortir au grand jour.

François Barcelo n’a pas mis de gants blancs avec ce court roman intitulé « J’haïs le hockey ». Le hockey, développé au XIXe siècle au Canada, est reconnu comme étant le sport d’équipe le plus louangé de la province canadienne. Nul besoin de dire que l’auteur a attaqué de fait un sujet sensible, surtout avec ce personnage cocasse d’Antoine Vachon, grand « détesteur » de hockey.

Sans entrer dans la caricature, François Barcelo nous introduit de façon sympathique et légère dans l’univers ludique d’un père de famille fort attachant, qui n’a cependant pas réussi convenablement sa vie : il a trompé impunément sa femme Colombe avec sa stagiaire, qui l’a quitté aussitôt pour le policier Stéphane Provençal ; il a étudié en communication, pour ensuite devenir vendeur d’automobiles chez Saturn ; il habite dans un minuscule trois-pièces et quart, alors qu’il aurait pu finir ses jours dans un magnifique quartier huppé ; décidément, la vie d’Antoine Vachon n’est pas rose du tout. Et en plus, il déteste le hockey. La plume de François Barcelo est envoûtante, limpide et souvent humoristique. Les péripéties se succèdent avec une grande simplicité et vous rappelleront assurément certains de vos meilleurs romans pour adolescents. Vous sortirez de l’univers noir et pathétique d’Antoine Vachon aussi vite que vous y entrerez, promesse de scout.

François Barcelo a écrit plusieurs romans pour adultes, des essais, des romans pour la jeunesse, ainsi qu’un recueil de nouvelles. Ex-rédacteur et concepteur publicitaire, il est maintenant retraité et partage son horaire du temps entre l’écriture et les voyages. Il a d’ailleurs fait son premier tour du monde en 1990. François Barcelo a été finaliste à deux reprises pour le prix M. Christie et publié dans la Série noire de Gallimard, grâce à son roman « Cadavres », qui a été adapté au grand écran en 2008 par le cinéaste de renom Érik Canuel.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0