[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Bouquinerie > BANNEL, CÉDRIC

L’homme de Kaboul

BANNEL, CÉDRIC

Robert Laffont

dimanche 12 juin 2011, par Josée Paquet

(4.5/5) Le thriller type pourrait se décrire comme suit : un homicide, une enquête policière menée rondement par un policier incorruptible et aidé, dans ses recherches, par les derniers gadgets à la fine pointe de la technologie. Fin prévisible, dans le sens où il est inévitable que le méchant soit démasqué, mais surprenante, car ce n’est pratiquement jamais celui qui semblait tout désigné pour tenir ce rôle. Autrement dit, une fois que vous en avez lu un, vous avez lu tous les autres. Erreur : avec le tout dernier roman de Cédric Bannel, une toute nouvelle souche de thrillers trônent désormais sur les tablettes des libraires.

Ousamma Kandar, chef de la brigade de police de Kaboul et exemple d’intégrité dans un pays où la corruption fait partie des mœurs, est appelé sur les lieux d’un crime. Le ministère conclut au suicide de l’individu, nommé Wali Wadi, et clôt le dossier, mais Oussama a la certitude qu’il est plutôt en présence d’un meurtre déguisé en suicide. Avec ses hommes, il décide donc de pousser l’enquête, mais il découvre très rapidement que les ramifications de l’organisation responsable de cette mise en scène dépassent largement les frontières de son pays et que la poursuite de son enquête mettrait en péril sa vie et celle de ses hommes…

Cette histoire sort du cadre conventionnel des romans à saveur policière. Ici, point de filature dans les rues de New York ou d’outils d’espionnage à la James Bond. Certes, les écoutes téléphoniques, les GPS, les missiles et les tireurs d’élite sont au rendez-vous, mais transposés dans la réalité quasi moyenâgeuse d’un Afghanistan où talibans, corruption et fanatisme règnent en maîtres, le dépaysement est total. L’auteur nous fait découvrir un autre visage de ce pays malheureusement pointé du doigt depuis le 11 septembre. Une contrée dont les habitants se réveillent chaque matin sans savoir s’ils seront encore vivants au coucher du soleil, un pays dans lequel il semble quasi impossible de survivre sans soudoyer les autorités, où les hommes ont pratiquement le droit de vie ou de mort sur leurs épouses et où les conditions de vie dans certaines régions reculées semblent à peine sorties de l’ère du Neandertal.

L’histoire est saisissante, troublante, choquante parfois, mais toujours narrée avec justesse et avec un rythme soutenu. L’auteur sait capter l’attention du lecteur dès les premières phrases avec un récit enlevant qui sort des sentiers battus. Monsieur Bannel maîtrise fort bien son sujet et on imagine aisément le travail colossal qu’il a dû entreprendre afin de documenter ses recherches. Bref, un roman à lire absolument !

Ancien énarque (École nationale d’administration), Cédric Bannel est aussi le fondateur du site Caradisiac. Il a œuvré au contrôle des investissements étrangers en France et au bureau des sanctions financières internationales contre l’Irak et la Libye. Grand sportif, il pratique les arts martiaux et est passionné de cuisine. L’homme de Kaboul est son 4e thriller.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0